Aujourd’hui, je souffle une bougie supplémentaire sur mon gâteau d’anniversaire, la dernière d’une décennie. L’année prochaine, je change. De décennie.

Quel effet ça fait ?

J’ai envie de répondre “même pas mal“.

Parce que je ne suis pas de celles qui regardent derrière, si ce n’est pour me souvenir des belles choses. Parce que j’ai aussi eu la chance, la possibilité, le tempérament, ou un peu de tout, pour digérer les mauvaises et laisser ces valises derrière moi.

Parce que je ne vais pas scruter mon visage pour voir si une ride supplémentaire est apparue. Parce qu’avec les crèmes que je mets le soir et le matin, ce serait quand même le comble !

Plus qu’hier et bien moins que demain

Je sais qu’une grande partie de celles et ceux qui me lisent ont certainement la moitié de mon âge, parfois je me surprends à m’en faire la réflexion. Et puis cette pensée éphémère s’envole.

Je ne suis résignée de rien. Je suis rebelle de tout. A force d’être idéaliste et un brin perfectionniste, j’ai fini par admettre que je ne pouvais ni soulever des montagnes, ni changer les gens, encore moins le système. Alors j’ai appris à composer, à essayer de canaliser mon énergie et le volcan qui sommeille en moi sur ce que je pouvais vraiment impacter, même un tout petit peu.

IL y a pile 10 ans, j’avais donc 39 ans, la dernière bougie avant de sauter les deux pieds joints dans une nouvelle décennie : mes 40’s.

J’étais loin de m’imaginer qu’un an plus tard on se marierait, que 3 ans plus tard, je serais enceinte de jumelles.

Il y a 20 ans je débutait dans la vie professionnelle et déjà je me disais “à 40 ans je change de vie. Hasard, coïncidence, ou peut-être est-ce mon inconscient qui m’a inexorablement et inlassablement dirigée vers toutes ces situations qui m’ont amenées là où je suis aujourd’hui. Avec des hauts, et des bas. Je me suis construite sur les deux. Mais je préfère me souvenir des hauts. Et en attendre de nouveaux.

Je ne sais toujours pas ce que je veux exactement. Mais je sais de plus en plus précisément ce que je ne veux pas ou plus.

Le truc, c’est que je ne sais pas trop comment je m’y suis prise jusqu’à présent. Le hasard des choix, des rencontres, des décisions ou des choix par défaut, des routes qui se croisent, s’entrelacent. Mais toujours, sans remords ni regrets. Avec ce petit supplément de recul sur la vie que donne l’expérience des bonnes comme des mauvaises choses. Bref.

La vie quoi. Enfin je crois. J’espère.

Je suis devenue Moi. Vraiment Moi. Plus qu’hier et bien moins que demain.

Je sais que mes filles ont décidé de me préparer des petites surprises, que je n’ai pas le droit d’aller dans leur table de nuit. Je suis curieuse de les voir arriver lundi matin avant que le réveil ne sonne pour me les donner.

J’ai hâte que ce soit mon anniversaire. Rien que pour ça.

Aujourd’hui j’ai 49 ans.

Plus qu’hier et bien moins que demain, j’ai des projets, des idées, et des rêves plein la tête. Une famille, des enfants. des Amis. Une vie.

What else ?

Et là, je perds la moitié de mon audience. Ou pas. Ou plus. Quoi qu’il en soit, vivez votre vie. Pas celle des autres.

Joyeux Anniversaire