Conseils-pour-bien-utiliser-diffuseur-huiles-essentielles

La diffusion d’huiles essentielles est un bon moyen d’assainir son intérieur, de lutter contre les épidémies, de diffuser des fragrances agréables évoquant par exemple Noël, d’aider à l’apaisement ou à l’endormissement etc. Pour cela, on utilise alors un diffuseur d’huiles essentielles.

Mais quel diffuseur d’huiles essentielles choisir et comment réussir sa diffusion d’huiles essentielles ?

Comment bien choisir et utiliser son diffuseur d’huiles essentielles

Il existe 4 grands types de diffuseurs d’huiles essentielles, qui ont des efficacités et des prix différents. Ensuite, je vous explique comment j’utilise mon propre diffuseur d’huiles essentielles, les précautions à prendre en aromathérapie avant de diffuser. Enfin, je vous donne quelques idées de synergies ou d’associations d’huiles essentielles que j’ai utilisées cet hiver.

Les 4 types de diffuseur d’huiles essentielles

Les 4 types de diffuseurs d’huiles essentielles sont : le diffuseur nébulisateur, le diffuseur ultrasoniques, le diffuseur par ventilation, et le diffuseur par chaleur douce.

Le diffuseur par nébulisation: Il fonctionne par diffusion à froid, c’est le procédé qui permet vraiment de préserver les propriétés des huiles essentielles. Schématiquement, une pompe comprime et propulse l’air dans une chambre de nébulisation. Cette chambre de nébulisation comprend un système complexe de tuyères en verre. Cet air propulsé va alors littéralement atomiser les molécules d’huiles essentielles en les envoyant contre les parois de verre, ce qui les éclatent en micro gouttelettes (effet Venturi). Elles sont ensuite dispersées dans l’air … C’est le plus efficace, puisque c’est le seul qui diffuse réellement des huiles essentielles sans eau. Ils convient pour des espace allant jusqu’à 100 ou 120 m2. Inconvénients : il est un peu bruyant (en raison de la pompe), et assez cher.

Le diffuseur par ultrasons ou brumisation : ici, le diffuseur utilise de la vapeur d’eau froide générée par ultrasons pour propulser des micro-gouttelettes dans l’air. Des gouttelettes (mélange d’eau et huiles essentielles ou eau et hydrolat) sont alors dispersées dans l’air, mais couplées à l’eau, elles sont plus lourdes donc retomberont plus rapidement. Ces diffuseurs à ultrasons sont relativement silencieux (si la fréquence est supérieure à 20 kHz afin d’être inaudibles), moins chers que les diffuseurs à nébulisation. Par ailleurs, ils peuvent être utilisés sans huiles essentielles pour une humidification des pièces. Ils conviennent pour des espaces inférieurs à 35-40 m2 maximum. En revanche, le mélange avec des huiles essentielles sera moins efficaces, puisque les HE qui sont un corps gras ne se fixent pas sur l’eau.

Le diffuseur par ventilation : c’est la technologie la plus simple. Le diffuseur comporte un ventilateur qui envoie l’air directement sur les huiles essentielles, ou sur un buvard ou une éponge imbibés d’huiles essentielles. Inconvénients : ce type de diffuseur ne peut agir que très localement, quelques dizaines de cm maximum de portée, et il faut changer régulièrement le buvard. On peut en trouver sous forme de clé usb, et peuvent s’utiliser dans la voiture, sur un ordinateur. Il ne coûte pas très cher, et on peut le transporter partout.

Enfin, il y a les diffuseurs par chaleur douce. Ils propulsent des particules aromatiques en chauffant le réceptacle où elles sont. Mais la chaleur, même douce, altère quand même les molécules des huiles essentielles. En effet, les huiles essentielles perdent leurs propriétés au delà de 40°, certaines atteignent même leur point de fusion (température à laquelle elles peuvent s’enflammer). Moins efficaces que les autres, le diffuseur par chaleur douce ne convient que pour des pièces de moins de 20 m2, et il faut faire attention à ce que la température soit contrôlée avec une résistance thermorégulée à basse température.

Quel que soit le type de diffuseur que vous choisissez, je vous conseillerai de le choisir en fonction des deux critères suivants :

  • la taille des pièces où vous souhaitez l’utiliser
  • et votre budget

Mon diffuseur ONO et mes associations d’huiles essentielles

Il y a plusieurs mois maintenant que j’ai investi dans un diffuseur par nébulisation choisi sur les conseils de Karine (Kapimahe, où je suis une formation cette année).

J’ai choisi le diffuseur par nébulisation ONA de chez Okobo, couleur sable : il est en fait de matières écoresponsables comme la fibre de bambou et le bois, et son système de tuyères est en verre (attention quand on le manipule, mais si on la casse par accident, il est possible de la racheter indépendamment).

bien-utiliser-diffuseur-nebulisateur-huiles-essentielles-ono
diffuseur-nebulisateur-huiles-essentielles-ono-ekobo
chambre-nebulisation-verre-diffuseur-ono-ekobo
elements-verre-diffuseur-ono-ekobo

La diffusion d’huiles essentielles en pratique

Je mets environ 20 gouttes d’huiles essentielles (choisies en fonction de ce que je cherche, je vous en parle plus bas), puis je pose le diffuseur à peu près en centre de la pièce ou de la partie de la maison où je veux diffuser.

Je le fais tourner à la puissance maximale pendant 15 minutes maximum, et surtout, je ne reste pas dans cet espace pendant la diffusion. Je l’utilise quand mes filles ne sont pas là non plus. Au bout de 15 minutes, je l’éteins puis je sors de la pièce pendant au moins 1 H.

De temps en temps, et quand toutes les HE ont été diffusées, je le nettoie avec de l’alcool ménager. Je verse un peu d’alcool ménager dans la partie en verre, puis je le fais marcher pendant 5-10 minutes à fonds, et cela va nettoyer parfaitement les tuyères. Pour le reste du système en verre, je passe délicatement un chiffon doux avec un peu d’alcool ménager. Et c’est tout !

A retenir

  • Une diffusion de 15 minutes maximum
  • On ne reste pas dans la pièce pendant la diffusion,
  • Ne pas diffuser au niveau des yeux ni du visage
  • On retrouve les contre-indications habituelles des huiles essentielles : pas en présence de femmes enceintes ou allaitantes, ni en présence de personnes avec des antécédents d’asthme ou d’épilepsie
  • Consultez si vous avez des personnes avec antécédents de cancers hormonodépendants ou pathologies cardiaques.
  • Prudence en présence de bébés et/ou enfants.

En cas de doutes, demandez un avis médical ou conseil à un aromathérapeute.

Attention, pas de diffusion de certaines huiles essentielles

Attention : certaines huiles essentielles ne sont pas tolérées par la peau ou les muqueuses, d’autres peuvent être neurotoxiques, et elles ne seront jamais utilisées en diffusion pure (d’ailleurs je pense ne jamais les utiliser du tout car trop touchy).

  • anis, ail, basilic, cannelle, girofle, sarriette, origan, thym
  • menthe verte et menthe poivrée (OK en dilution avec une autre HE, comme dans les associations proposées dans le commerce par Florame (menthe + citron) par exemple)

Associations d’huiles essentielles pour diffusion

Etant donné que je l’ai acheté à l’automne, j’ai surtout fait des diffusions d’hiver.

Régulièrement, je fais souvent la synergie ci-dessous, que j’ai reproduit d’après une brume d’oreiller de chez l’Occitane et que j’appelle Le Calme après la Tempête. Je viendrai compléter avec mes propres prochaines “inventions” au fur et à mesure …

Le calme après la tempête

(= pour apaiser les esprits en fin de journée, 2H avant le coucher (les brumes d’oreillers peuvent être vaporisées 20 minutes avant le coucher, comme indiqué sur leurs flacons))

  • HE Lavande Fine 10 gouttes
  • HE Orange Douce 10 gouttes

Voilà, à vous d’inventer vos synergies pour les diffusions, en prenant soin de consulter soit une aromathérapeute avant, soit en vous aidant d’un guide des huiles essentielles comme celui de Terre Vivante

Quelles sont vos associations d’huiles essentielles favorites pour diffuser au printemps par exemple ?

Sources : Le Guide Terre Vivante des huiles essentielles, Doctissimo, Pranarom, Aroflora, AromaZone, Florame, Ekobo.