blogueuse-type-atypique

Depuis que je blogue, et que je suis sur les réseaux sociaux, je fais comme tout le monde, ou presque : je lis des conseils, des tutos, des guides, des articles de blog. Malgré tout ça, il y a quelques signes qui pourraient laisser croire que je ne suis pas la  blogueuse type, ou en tout cas pas comme les autres. Mais après tout, n’y-a-t-il pas autant de types de blogueuses que de blogs ?

Je sens d’ici arriver le débat, (j’espère pas la polémique) sur la définition d’une blogueuse type, mais rassurez-vous, je vous laisse la parole en commentaires pour me dire en ce qu’est une  blogueuse type pour vous.

Quel type de blogueuse suis-je ?

Je ne vais pas mentir, j’adore ne pas faire tout à fait comme tout le monde, j’aime suivre les tendances mais les suivre à ma manière à moi et en faisant un peu bande à part parfois. D’ailleurs, je suis parfois tiraillée entre les deux options. Bref. Pour ce qui concerne le blog ou mes idées, c’est quand même un peu pareil. Certes, il est largement conseillé de se démarquer, là, pas de problème, je suis sur la bonne voie.

Pourquoi je suis une blogueuse atypique ? entre ce que je ne sais pas faire (et pourtant, j’ai bien une seule main gauche), et ce que je ne veux pas faire, vous allez constater que je ne suis pas totalement dans le moule. Et je me dis que je pourrais même faire encore mieux, ça doit venir de mon côté perfectionniste.

Ces 10 détails qui font de moi une blogueuse atypique

1. Le selfie dans le miroir

Et non, je ne sais toujours pas comment faire un selfie dans le miroir comme ceux que je vois passer sur mon feed instagram.

C’est pas comme si j’avais pas essayé des milliers de fois, seule devant un miroir, mais c’est raté à chaque fois. Soit le fond est mauvais, soit l’angle de prise de vue est tel qu’on dirait une extraterrestre (nooooon, je n’en suis pas une IRL), soit c’est moche, flou, avec le détail qui tue en arrière plan, ou à contre jour, soit la photo me fait prendre 10 ans au moins.

Bref, raté, définitivement non instagramable. A moins de faire un bêtisier ?

2. Le Flatlay

Oui je sais, pour réussir une belle photo instagramable, on me susurre que la règle numéro 1, c’est le flatlay. Alors oui, le flatlay c’est beau, ça rend bien et tout et tout.  Mais.

Mais je j’ai pas tout le temps envie de faire mes photos en flatlay. D’abord parce que ça finit par me lasser de les faire tout le temps de la même manière, et que ça peut finir par me lasser aussi de ne vous QUE des insta en flatlay (ah mince, on me susurre que vous aimez les feed cohérents, homogènes ? gloups).

Moi, je m’amuse avec des diagonales et des prises de vues au ras des pâquerettes. C’est pas aussi instagrammable mais je me fais plaisir, ce qui est quand même la base de tout, enfin à mon avis. Donc, mon feed instagram n’est pas 100% flatlay. Si on ajoute ça au fait que je fais peu de selfie car je ne sais pas les faire (voir point #1), ça s’annonce un peu compliqué.

3. Le filtre personnalisé

Je sais aussi, il est recommandé de n’utiliser qu’un seul filtre personnalisé pour tous ses visuels, pour que l’identité visuelle de son feed instagram et de ses photos de blog soit homogène et identifiable et unique etc. Là encore, j’ai tout faux.

Souvent, je ne mets pas de filtre du tout parce que moi j’adore le #nofilter.

Parfois, je mets des filtres. Mais quand j’en mets, j’adapte le filtre à la photo et au rendu que je veux. Donc je change souvent de filtre. Donc mon feed n’est pas homogène, mais au moins il est varié et unique (ben quoi).

4. Le direct

Ah, ça non plus, je ne sais pas le faire, me filmer en direct et vous parler en direct.

En général, je me filme et je regarde ce que ça donne avant de le mettre en instastory. Dans 99% des cas, je suis nulle à en pleurer (de rire dans le meilleur des cas), et c’est pas montrable du tout. De temps en temps, j’arrive à me supporter sur la vidéo et je vous la poste, mais le plus souvent sans me montrer. Je vous offre tout de même le délicat et mélodieux son de ma voix.

Et le pompon, c’est que quand je déballe mes achats, j’oublie de vous faire le unboxing en direct. En fait, je suis contente de les recevoir que je file les essayer et qu’ensuite, tout remettre dans le colis et filmer l’ouverture (enfin la fausse vraie ouverture du colis) n’a plus de sens pour moi.  Et en plus, je ne montre pas tout mes achats. #ovni



5. Concours

Ah les concours, je dois en faire environ 1 par an. Et généralement avec trop peu de participations pour me donner envie de recommencer avant un bon moment. Je dois avoir raté un truc, sans compter le nouvel algo de Facebook qui ne me plait pas vraiment.

J’ai du mal à quémander (pardon, demander) des concours, et en plus, j’ai du mal à demander des likes et des invits d’amis pour les participations. D’ailleurs, je participe de moins en moins moi-même parce que le fait de devoir inviter 2, voire 3 personnes à chaque fois, ça me gonfle. Vous savez.

Pour le reste, je prends beaucoup de plaisir à travailler avec une poignée de partenaires auxquels je suis fidèle, mais je ne recherche pas le sponso à tout prix.

6. My Life

Ma vie privée reste ma vie privée. Ici et sur les réseaux sociaux, je ne montre que ce que j’ai envie de partager, tout en veillant à protéger ma famille, et mes enfants.

Et puis, ce n’est pas un scoop, mais entre les changements d’algorithmes de ces deux réseaux, et l’ambiance un peu trop “je règle mes comptes mais en même temps je donne des leçons à celles ou ceux qui le font“,  je ne suis plus active sur Twitter. Je trouve que Twitter ressemble de plus en plus à un mur de bashing et de dénonciations plus ou moins éthiques, et Facebook passe son temps à me montrer des posts polémiques. C’est pas mon truc du tout.

Je continue à être sur Facebook pour certains groupes qui ont une vraie valeur ajoutée avec du vrai partage. Et si vous en avez envie, vous pouvez me rejoindre sur instagram, là où je suis le plus souvent. Je deviens aussi addict à Pinterest et vous pouvez m’y retrouver aussi.

Les images ça apaise quand même bien les choses (enfin en théorie).

7. J’ai des enfants MAIS

Alors oui, mes filles sont les plus belles de la Terre, et oui, ce sont aussi les plus géniales, normal. Pourtant, j’ai choisi de ne pas être une blogueuse famille, même si je parle parfois de la vie de parents de jumeaux.

Je suis garante de l’image de mes filles jusqu’à leur majorité, leur image ne m’appartient pas. Et comme elles sont bien trop jeunes pour comprendre ou pour se prendre pour des mini fashionistas (grrrr), elles n’apparaissent pas ici ni sur mes réseaux sociaux. A une époque, je les photographiais de dos, mais même ça, j’ai arrêté.

Et en plus, ça m’évite les éventuels vols de photos ou les sites qui les aspirent pour les rebalancer sur des sites pédophiles en Russie ou ailleurs.

6. Tatouages

Non, je n’ai pas de tatouages, et je n’en veux pas.

En réalité, je n’aime pas ça, ni sur moi, ni sur les autres, donc je ne like pas non plus les posts de tatouages. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien, c’est juste que je n’aime pas ça du tout.

9. Zéro bashing

Non, je ne suis pas une killeuse, je ne vide pas mon sac sur les réseaux sociaux, même si parfois, j’aurais eu de quoi faire du méchant buzz. Je n’ai toujours pas compris pourquoi les gens ne s’expliquent pas en privé, pourquoi il faut toujours poster sur le ton “non mais regarde comme je suis intelligent(e) et comment les autres sont des moins que rien“, ni pourquoi il faut être aussi méchant vis-à-vis des autres ou des idées des autres.

Sachant qu’on est quand même tous le con d’un autre un jour ou l’autre.

10. J’ai plus de 25 ans

Last but not least, j’ai un peu plus de 25 ans. Le double même, et je ne m’en cache pas, ça explique aussi peut-être en partie les 9 points qui précèdent ?

Bon, si vous avez lu jusque-là, c’est qu’à priori, mon univers à moi et ma façon de bloguer vous intéressent, vous plaisent aussi peut-être ?

Et comme promis au début, la parole est à vous : si je suis une blogueuse atypique et que je me sens bien comme ça, c’est quoi pour vous la blogueuse type ?

Comment être une blogueuse atypique en 10 points - Twinsandus