Pendant des années, tu as accompagné mes journées, mes soirées, mes repas, mon boulot

Pendant des années, ton absence créait un manque tel que je devais me précipiter pour te retrouver

Pendant des années, on m’a raconté les pires choses sur toi, preuves à l’appui.

Mais entre mes 17 et mes 40 ans, pas un jour ou presque ne s’est écoulé sans ta présence.

 

Et puis un matin, le besoin de me libérer définitivement de toi est apparu dans toute son évidence.

J’étais enfin prête à m’émanciper définitivement sans un remords.

En 10 jours, je t’ai réglé ton compte, je t’ai fait sortir de ma vie par la petite porte.

Et si depuis, je peux parfois sentir ton odeur chez les autres ou dehors, je ne te désire plus du tout.

 

Depuis, mes mains ne te cherchent plus, et je n’ai plus jamais paniqué en ton absence

Plus besoin de me réfugier pour être avec toi en cachette,

Plus besoin d’affronter les intempéries pour te respirer,

Plus besoin de te consacrer un budget toujours plus important.

 

Il y a 10, j’ai enfin réussi à te quitter sur un dernier coup de tête.

Depuis 10 ans, je suis Libérée délivrée de ton emprise,

Toi, la cigarette, cette fausse amie qui n’était qu’un écran de fumée à l’odeur âcre, et au gout amer.

Il y a 10 ans, j’ai tout simplement arrêté de fumer.

Ecran de fumée