Hello,

Ce mois-ci, la #teammultiples aborde le délicat sujet de la jalousie entre jumeaux. Ce n’est pas un terme facile à aborder pour des parents en général, et en particulier je pense pour les parents de jumeaux.

Tout commence dès le résultat de l’échographie montrant 2 (ou plus) petits bébés, car on sait bien que la notion de jalousie risque de nous pourrir un peu la vie.

Oui, je dis bien “pourrir la vie” d’emblée, le mot est fort, mais c’est quand même quelque chose qui personnellement me pèse un peu depuis le début, et parfois m’obsède. Toujours penser qu’elles sont deux, toujours penser à essayer d’équilibrer. Et c’est bien la seule chose que je trouve vraiment difficile dans le fait d’avoir donné naissance à des jumelles. Car consciemment ou pas, on a essayé de tout faire pour “limiter la jalousie”.

Compétition, Rivalité, ou Jalousie entre Jumeaux et Jumelles ?

Ça peut ne pas être très facile à comprendre pour celles et ceux qui commencent par avoir un seul bébé à la fois : les deux parents sont disponibles pour cet unique bébé, et la notion de jalousie arrivera généralement bien plus tard, à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur. En tout cas, pour en avoir souvent discuté avec ma mère, c’est comme ça que ça s’est passé avec mon petit frère qui a 4 ans de moins que moi.

Je reconnais j’ai beaucoup de difficultés à parler de jalousie entre les jumelles. Un peu comme si on voulait secrètement éluder le sujet. Le plus souvent je parle de “compétition“, ou parfois de “rivalité“. Certes, il y a des vraies scènes de jalousie, et qui apparaissent en grandissant puisqu’elles se mettent désormais vraiment à comparer le nombre de coquillettes dans les assiettes, la taille des cadeaux d’anniversaires (j’avais pensé à tout sauf à la notion de taille), la longueur de la jupe et j’en passe.

Ce qui est certain en revanche, c’est que dès le départ, peut-être même in utero, il y a eu et il y a encore compétition.

In utero, même si elles avaient chacune leur piaule et chacune leur restaurant (comprendre que c’était une grossesse bi-amniotique bi-choriale : 2 poches, 2 placentas), il y a eu une franche compétition pour la place. A grands renforts de coups de pieds ou de coups de coude, la bataille pour avoir le plus de place s’est engagée rapidement dès le début de la grossesse.

Chose rigolote, et on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il y a une forme de compétition certes intangible dans leur croissance : elles ont depuis toujours plus ou moins les mêmes mensurations. Pendant les échographies, à la naissance, et sur les courbes de croissances depuis maintenant 6 ans, elles se suivent à 1 cm près, à quelques grammes puis centaines de grammes, se passent devant chacune leur tour, se rattrapent, se dépassent, puis inversement. Je souligne que c’est d’autant plus rigolo que ce sont des jumelles dyzigotes, ce qu’on appelle généralement des “fausses jumelles“.

Ensuite, il y a la compétition pour avoir l’attention exclusive de Maman – et de Papa mais dans une moindre mesure , c’est tout de même Maman qui détient la palme de l’attraction. Cette compétition peut se manifester de différente manière, toujours assez sonore : cris, hurlements, pleurs, soit pour faire venir Maman, et ensuite pour râler car Maman s’occupe de l’une en premier et pas de l’autre, ou passe plus de temps dans la chambre de l’une que dans la chambre de l’autre.

La voilà la vraie compétition qui me pourrit un peu les choses : elles veulent toutes les 2 qu’on s’occupe d’elle en premier. A leur naissance, on avait mis une technique au point : à chaque change, biberon, alterner systématiquement celle qu’on prenait en premier. On pensait ainsi éviter de laisser supposer une préférence.

Soeurs Jumelles

Ce qui n’empêchera pas l’une de me demander, vers l’âge de 3-4 ans, pourquoi j’avais fait sortir de mon ventre sa sœur en premier à la naissance ? Cette question, elle me l’a posée plusieurs fois, et à chaque fois, on lui a expliqué que ce n’est pas moi qui avait choisi qui allait naitre en premier, et que c’est surement leur secret à toutes les deux. C’est la même qui m’aura demandé, avant cette question, de recommencer car elle ne voulait pas être la 2ème parce que c’était trop nul. Elle nous a demandé de recommencer et de faire 3 bébés (comme ça elle aurait une soeur qui serait en 3ème).

A l’école, cette année aura été marqué par de la jalousie et de la compétition. De la jalousie d’abord parce qu’étant dans des classes séparées en Grande Section, la répartition des copains et des copines de l’année dernière n’a pas été super équitable en nombre entre leurs deux classes. On a alors expliqué que de toute façon, en classe, on écoute la maitresse et qu’elles retrouveront toute leur bande à la récréation.

De la compétition ensuite parce que les 2 maitresses ont mis en œuvre le programme différemment, normal, et pas forcément au même rythme. Du coup, lorsque l’une a commencé à écrire en attaché la première, l’autre a carrément boudé et est partie chercher une feuille et un stylo pour que je lui apprenne vite à écrire en attaché. Idem lorsqu’à l’inverse, l’une a commencé à faire des petits calculs et pas l’autre. On a réussi à faire en sorte que la compétition se transforme en émulation, mais bon. Pas facile quand même à gérer, même si ça fait une super émulation entre elles deux, et que ça a également renforcé leur complicité et la connivence.

La nature ne nous aide pas toujours : grosse scène de jalousie lorsque la petite souris est passée la première fois pour l’une des jumelles, puis à 2 reprises avant qu’elle ne daigne enfin passer pour sa sœur 8 mois plus tard. Mais en même temps, c’est l’apprentissage de la vie.

Le summum reste les places à table : qui sera à côté de Maman, THE PLACE TO SIT ! Ici, on a fini par rapidement contourner la difficulté. La place à côté de la superstar Maman, c’est chacune son tour. L’une est assise à côté de Maman au déjeuner, l’autre au dîner. On a également essayé de faire monter les enchères sur la place à côté de Papa, histoire d’essayer d’équilibrer les choses et de détourner l’attention de mon auguste personne.

Ces cas où la jalousie n’apparaît jamais

Bizarrement, il y a des cas où ni la compétition, ni la jalousie et encore moins la rivalité ne rentrent en ligne de compte : qui sera la première à se brosser les dents ? qui sera la première à se lever le matin pour aller à l’école, qui sera la première à ranger sa chambre ? ou mettre ses vêtements dans la panier de linge sale ?  Les quelques fois où j’ai essayé d’aiguiller la compétition sur ces sujets, j’ai fait un flop total. Etrange -;)

Alors voilà, au bout de ce billet, vous saurez que oui, il y a de la jalousie, de la compétition et de la rivalité entre soeurs jumelles. Que la particularité tient au fait que c’est depuis leur vie in utero, que ce sont deux enfants du même âge qui doivent se partager dès le début l’attention de Papa et Maman, parfois la chambre, et tant d’autres choses. Dès le départ, on a essayé de faire en sorte que chacune ait son propre univers, ses propres jouets, vêtements. Malgré tout, vous savez maintenant que pour les parents, ce n’est pas simple à gérer, qu’on fait au mieux en fonction du caractère de chacun de nos multiples, et surtout qu’on s’adapte tous les jours. Et qu’on n’a pas fini.

Et chez vous, comment se passent les relations entre frères et soeurs, qu’ils soient jumeaux ou pas ?

Contributions de la #teammultiples sur le thème de la jalousie

Chouquettes & co : https://chouquettesandcoblog.wordpress.com/2016/06/19/les-chouquettes-se-crepent-elles-le-chignon-rdv-team-multiples-la-jalousie-entre-jumeaux/

Maman Double Mixte : http://www.mamandoublemixte.fr/2016/06/jumeaux-et-jalousie-rdvteammultiples.html

SweetDaddy : http://www.sweetdaddy.fr/jalousie-entre-jumeaux-rendez-teammultiples/

Poulpettes à Paillettes : http://poulpettesapaillettes.com/la-jalousie-entre-les-jumeaux-rdvteammultiples/