Bloguer, ce n’est pas seulement écrire et raconter des tas de choses sur nos blogs. On nous le dit partout, il faut aussi être présent sur les réseaux sociaux, et y raconter aussi autre chose que ce qu’on publie sur le blog.

Le hic, c’est que les réseaux sociaux ont leur propres lois, leurs propres fonctionnements, et leurs propres écosystèmes en fait. Du coup, pas facile de s’adapter à tous les réseaux en même temps, surtout quand on se veut blogueuse atypique et qu’on l’assume.

  • Ainsi, sur Twitter, on a 140 caractères pour émettre un avis, une opinion, faire une annonce, dire un truc quoi. Quand on a besoin de plus de 140 caractères, ça devient un thread, et ça floode la TL.
  • Sur Instagram, l’image parle d’abord, puis sa “légende”, et surtout ses hashtags qui sont supposés, quand on les choisit bien, vous faire sortir du lot et vous ramener des likes et, soyons fous, des abonnés. Des fans quoi. A 10 000 abonnés, on décroche le Graal du “swipe up” dans les stories, autrement dit la possibilité de mettre des liens directs cliquables dans les stories.
  • Sur Facebook, c’est le réseau à deux têtes : le compte ou profil, et la page, qui est souvent au nom du blog ou de l’entreprise ou de la marque. Qu’est ce qu’on dit sur son compte, qu’est ce qu’on dit sur sa page ? En théorie, on parle de soi sur son compte, et de son blog sur sa page. En théorie. En pratique, c’est un peu moins tranché. Autant dire que quand on est sur Facebook que par rapport à son blog, c’est parfois rock n roll et on peut s’emmeler un peu les pinceaux.
  • Sur Pinterest, c’est différent. Pinterest n’est pas considéré comme un réseau social, mais comme un moteur de recherche. L’approche est différente. Il n’y a pas d’échanges mais plutot des pins et des repins.

On pourrait aussi parler de Vero (j’ai bien ouvert un compte mais je n’y suis pas active car je n’y pense pas, c’est aussi bête que ça), Snapchat (sauf qu’il ne m’a jamais attiré).

Réseaux sociaux : comment leur redonner un sens qui nous convient ?

Redonner un sens à ses réseaux sociaux, est-ce possible ?

Chacun de ces réseaux sociaux, au début de leur existence, avait un “affichage” du fil  : chronologique. Plus simple à comprendre, pas possible, et plus facile pour s’y retrouver, pas facile.

Je me souviens de mon ancien compte sur twitter, et je me faisais ma veille actu en remontant le fil chronologique de ma TL. Va essayer de faire ça aujourd’hui, même en cliquant que “récemment”, lis quelques tweets et tu perds complètement la notion du temps …

Sur Facebook, c’était pareil : les fils d’actus étaient dans l’ordre chronologique des posts et publications des pages ou profils que tu suis. Là aussi, c’était facile, en fin de journée par exemple, de remonter le fil et de prendre des nouvelles de tout le monde.

Idem sur Instagram.

Si pour nous, utilisateurs, c’était top, ça ne devait pas l’être pour les têtes pensantes de ces réseaux. Alors des algorithmes sont venus nous mettre la pagaille, pour ne pas dire le bordayl, dans nos fils et nos gestions de comptes et de pages. Non seulement ils ont retiré le classement chronologique, mais en plus, ils ont rajouté des tas de critères et de paramètres, décrétant ainsi qu’ils étaient mieux placés que nous, humains de base, pour savoir ce qui nous intéressaient.

Qu’est ce que ça a changé de notre point de vue  ? tout ou presque, et pas seulement du point de vue de la visibilité.

Depuis des mois, je stagne sur Facebook, j’arrive encore à glaner quelques nouveaux abonnés sur instagram, mais c’est franchement laborieux. Il faut dire que je fais tout pour me compliquer la tâche, car j’ai choisi de ne pas entrer dans le système des concours pour gagner des abonnés. Malgré tout, jusqu’à ces derniers mois, je progressais tranquillement.

Pousser ses publis sur Facebook, les partager dans des groupes différents et variés, n’aide pas vraiment. Et puis ce temps perdu à essayer de faire remonter sa visibilité sur Facebook se fait au détriment du temps que je peux passer à bloguer. Et je n’y prends pas vraiment de plaisir, d’autant que mes maigres efforts ne sont pas couronnés de succès. Décourageant.

Si sur Instagram mon fil reste intéressant, mon fil Facebook est devenu du grand n’importe quoi. Je me retrouve avec des posts de comptes ou pages qui ne m’intéressent en réalité pas plus que ça, ce qui démontre si besoin le big fail de l’algorithme qui est censé nous afficher ce qui nous intéresse. Par contre, je ne vois plus les posts de ceux et celles qui m’intéressent vraiment, et si au début, je prenais le temps d’aller sur leurs pages ou profils pour me tenir au courant, la manip devient fastidieuse. Et, malheureusement, j’ai laissé tomber. Je suis même à ça de claquer la porte de Facebook. Si j’y suis encore, c’est parce que j’ai l’espoir, que peut-être, un jour, l’un des prochains algorithmes redeviendra correct. En mode “on y croit”.

Sur instagram, les stories semblent prendre lentement mais surement le pas sur les posts, on peut même mettre des stories à la Une pour les conserver plus longtemps. Combien de temps avant qu’instagram ne laisse tomber les posts simples pour préférer les stories ? Combien de temps avant que les partenariats ne soient plus décidés que sur la performance des stories seules au détriment des posts  ?

Bref, tout ça pour dire que l’univers des réseaux sociaux est non seulement impitoyable mais surtout versatile, et c’est un peu David contre Goliath pour essayer de rester un tant soit peu visible. Et je ne peux pas lutter (en vrai, je crois que je ne VEUX pas lutter).

 

Si je veux !

Il y a quelques jours, j’ai posté sur instagram ma nouvelle PP dans un post sans aucun hashtag, sans aucun tag, comme ça, par jeu. Bilan ? elle a eu une portée supérieure, et en moyenne autant de like (voir plus), que mes précédents posts avec hashtag ou tag. Ce n’est qu’un tout petit test, mais il m’a permis de me ramener à l’essentiel : s’amuser et prendre du plaisir.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai besoin de redonner un sens à mon utilisation des réseaux sociaux, qui va peut-être l’encontre de ce que les pros du blogging conseillent par ailleurs : oublier les stats, écrire et poster si je le veux, quand je le veux, et comme je le veux.

De tous les réseaux sociaux, Instagram, reste pour l’instant LE réseau social sur lequel je suis active et où je prends du plaisir à remonter les fils (si si, je galère comme tout le monde) et suivre des comptes. Est ce qu’au fil du temps je vais disparaitre dans les limbes des différents algorithmes ? Peut être. Le temps et les prochaines moutures de ces “monstres avaleurs de sens” nous le diront.

A tout de suite sur insta ? @twinsandus (oh ben quoi -;))

A lire également : https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/instagram-me-fait-vivre-qui-sont-ces-jeunes-qui-lachent-tout-pour-devenir-influenceurs-sur-les-reseaux-sociaux_2935661.html