Nature & Féminin Sauvage, Druidéesse

A force de lire dans tous les sens que notre mode de consommation est complètement pourri (j’exagère à peine vu tout ce qu’on lit à droite et à gauche), on finit tôt ou tard par se poser des tas de questions, et se remettre (un peu, beaucoup, pas du tout – rayez la mention inutile) en cause. Le message pas toujours subliminal très négatif et surtout hyper culpabilisant (donc pas très constructif) de tous les magazines, politiques, vidéos ou autres appels à des pétitions, finit par nous atteindre. C’est juste oublier qu’on fait toutes et tous comme on peut, à notre rythme, en fonction de nos modes et choix de vies, et de nos finances aussi.

Pour moi, le plus grand changement a commencé à la naissance de mes filles. Pas seulement par le fait de devenir parents, mais parce que d’un seul coup, on a pris conscience de notre responsabilité, non seulement au niveau de l’éducation, mais aussi de tout ce qui nous entoure. Comme on est du genre à ne pas faire les choses à moitié, on a aussi décidé de sauter le pas et de changer de vie, quitter la région parisienne pour la campagne dans le Sud, et de changer de vie professionnelle aussi, tant qu’à faire.

Initiation au féminin sauvage avec Druidéesse, le nouveau livre objet de Marie Cochard

Depuis notre installation ici, petit à petit, c’était presque une évidence de nous préoccuper plus souvent de ce qui nous entoure : c’est quand même plus facile ou naturel quand on vit à la campagne que quand on vivait dans une grande ville. C’est plus facile de suivre le rythme des saisons quand on les voit se succéder dans son jardin et chez son producteur local. Mais peut-être aussi que je trouve ça plus facile parce que d’une certaine manière, j’ai envie -ou besoin- de cette évolution.

S’initier au féminin sauvage avec Druidéesse

Il est vrai aussi qu’on peut lire de plus en plus d’informations suffisamment posées – livres, sites, blogs, etc – pour s’informer sans pour autant tout jeter aux orties. Et c’est la bonne nouvelle. Ouf. Sans nous montrer du doigt, sans nous culpabiliser. Dans cette catégorie, je vous ai déjà parlé de Végétale Attitude en fin d’année dernière, et aujourd’hui, je vous présente un autre magazine, Druidéesse.

Druidéesse est le magazine imaginé et lancé par Marie Cochard (de La Cabane Anti-Gaspi) et Olivier Cochard. Ce premier numéro a été lancé à l’aide d’une campagne de financement participatif l’année dernière, à laquelle j’avais participé. Et comme cette campagne a été un succès, j’ai reçu mon premier opus dans ma boite à lettres juste pour l’équinoxe d’automne. Et j’ai adoré !

Druidéesse se fixe pour objectif de nous aider à nous éveiller doucement au féminin sauvage, avec des recettes, des remèdes, des rituels.

Est-ce que parce qu’il fait référence au féminin sauvage il est réservé au femmes ? non, je ne pense pas, franchement je l’ai lu en entier et un homme pourrait en faire autant. Pour moi, le terme féminin sauvage fait surtout référence à la Nature, un magazine naturo en quelque sorte.

D’ailleurs, dans le mot Druidéesse, c’est surtout le mot druide, ou druidesse, qui retient mon attention. C’est cohérent avec le fait que je m’intéresse de plus en plus à l’aromathérapie, et que je suis même une formation cette année.

Est ce qu’il est un peu mystique ? oui, probablement. Rien que son titre peut nous envoyer dans les brumes d’Avalon (oui, mes lectures d’ado m’ont laissé des traces -;)). L’idée est de se remettre en phase avec les saisons -tiens, comme quand on consomme des fruits et légumes en circuit cours et donc de saison, de prendre le temps de se déconnecter (et on en a bien besoin), s’écouter et écouter ce qui se passe dehors dans la nature.

Est ce qu’il est un peu solaire ? oui, je trouve. Solaire parce que la mise en page est sobre, lumineuse, parce que le choix des photos et des illustrations sont en adéquation avec son côté mystique.

Druidéesse, est entre le magazine et le livre, ce qui s’appelle un mook, un livre-objet. Il y a deux numéros par an, le premier est sorti à l’équinoxe de l’automne dernier. Comme j’ai adoré ce premier numéro, j’ai déjà pris mon abonnement pour les 2 numéros de 2019 : le volume #2 est annoncé pour mars et l’Équinoxe de Printemps et le solstice d’été 2019, et le volume #3 de l’Équinoxe d’Automne et du solstice d’hiver 2019 est annoncé pour septembre .

Druidéesse est imprimé sur papier, mais il existe aussi en version numérique. J’ai beau être une fille connectée, je reste attachée au papier, et j’aime l’idée que je peux trimballer partout avec moi ce magazine dans le jardin, devant la cheminée, dans mon sac, et que je peux toucher. Touner les pages, c’est une magie que le numérique ne procure pas. C’est le magazine que je lis ou relis en laissant mon téléphone de l’autre côté de la maison.

Par comparaison, j’avais fini par décrocher de Flow Magazine car je le trouvais trop dense, trop touffu et les sujets finissaient par moins m’intéresser. Dans mon état d’esprit actuel, Druidéesse me correspond mieux. Hâte de recevoir le prochain numéro fin mars !

Druidéesse, le magazine qui vous éveille au féminin sauvage, par Marie Cochard
Sommaire Druidéesse, Automne Hiver 2018
Les recettes de cosmétiques dans le magazine Druidéesse
Nature et Remèdes, Druidéesse
Les recettes Food dans Druidéesse
Rencontres et entretiens, mook Druidéesse

Plus d’infos sur le site de Druidéesse : https://druideesse.fr/