Et voilà, les pubs déferlent sur nos écrans d’ordinateurs, la presse nous propose sans arrêt des best of des bons plans à ne pas rater parait-il. C’est le début d’un des plus grands concours de massacres de prix de l’année, je parle bien évidemment du Black Friday !

Le Black Friday est ni plus ni moins qu’une énorme opération commerciale qui nous vient des Etats-Unis. En France, on y a droit depuis 2013.

L’objectif ? à grand renfort de prix massacrés (plus ou moins réellement car il faudrait bien aller vérifier en amont ces prix de référence avant de se précipiter), pousser le consommateur à acheter sans compter pendant le dernier weekend de novembre. Une étude prévoit une augmentation des dépenses de 4,1% par rapport à 2018, soit 5,9 milliards d’euros de dépenses en France du 29 novembre au 1er décembre.

6. milliards. d’euros.

Ce chiffre est juste effrayant non ?

Green Vs Black, le combat du vendredi

S’il m’est arrivé une fois sur le blog de vous relayer des bons plans pour le Black Friday il y a quelques années, il n’en est plus question désormais, et j’ai même supprimé le billet concerné.

Parce que je considère que mon blog doit être cohérent par rapport à ce que je pense dans la vraie vie, j’essaye de plus en plus de m’inscrire dans une démarche de consommation raisonnée. D’ailleurs, vous avez peut-être remarqué que j’ai retiré tous les bandeaux publicitaires de mon blog depuis cet été. Et justement, le Black Friday est le contraire de la consommation raisonnée.

La consommation raisonnable et le black friday : possible ou impossible ?

Alors pourquoi le Black Friday me donne la nausée ?

  • Parce que c’est à quel marchand, ou web marchand, cassera le plus les prix : au risque de vendre à perte (ce qui est théoriquement rigoureusement interdit en France)
  • Pousse à la surconsommation de produits dont on n’a pas forcément besoin, mais qu’on va se précipiter pour acheter sous prétexte qu’ils sont pas chers ===> du coup, est ce qu’on achète un produit, ou est ce qu’on achète un prix ?
  • Entraine un cout environnemental important et évitable, ne serait-ce que pour acheminer les millions de produits qui seront vendus ce jour-là (en plus, le black friday s’étend sur 4 jours)
  • Casse la concurrence de façon finalement assez déloyale vis à vis des entreprises et des marques qui essayent de proposer des prix justes à longueur d’année, tout en rémunérant correctement leurs salariés et en payant leurs impôts en France
  • Et enfin, parce je ne suis pas un mouton qui obéit sans réfléchir plus loin que le bout de sa CB quand on lui dit que c’est ce jour-là qu’il faut acheter, acheter, acheter.

Comme je vous l’avais expliqué ici même, j’essaye déjà de ne plus acheter sur une marketplace car ce sont des monstres commerciaux qui n’ont ni foi ni loi, en dehors de nous pousser à consommer toujours plus et pas forcément mieux, au mépris des vendeurs tiers et de la concurrence locale.

Et puis, je me demande comment d’un côté, on peut s’indigner contre les GAFA qui osent ne pas payer d’impôts en France et qui se gavent, qui pratiquent l’uberisation de l’expédition et donc de la livraison (et donc la précarisation de ces emplois), et de l’autre, surfer fébrilement sur le net à l’affut des prix les plus massacrés du black friday pour des produits dont on n’a pas besoin, souvent sur ces mêmes GAFA ?

Cette année, je suis assez rassurée de voir que de plus en plus de marques s’engagent CONTRE le black friday.

Par exemple, le collectif Make Friday Green Again regroupe cette année près de 450 marques qui s’engagent contre le black friday en expliquant haut et fort pourquoi. Certes, on peut aussi considérer que s’engager contre le Black Friday est une sorte de pub pour ces marques. Oui, elles aussi, leur objectif, c’est de vendre. Il est vrai aussi que beaucoup ne feront pas le black friday sans forcément avoir rejoint un collectif ni le crier sur les toits. Mais au moins, ce message a le mérite de nous inciter à réfléchir, individuellement, à notre façon de consommer.

Personnellement, je trouve que leur réflexion est intéressante – et pas seulement pendant le black friday – et que ça vaut le coup d’y réfléchir avant de faire chauffer sa CB. Les arguments du collectif Make Friday Green Again tiennent quand même du bon sens, surtout par les temps qui courent :

  • Trier nos placards pour revendre ou recycler ce qui ne nous intéresse plus (mais attention au fisc)
  • Faire le point sur ce dont nous avons vraiment besoin et, je rajouterai “que nous n’avons pas chez nous”
  • Acheter si on le souhaite mais raisonnablement et au prix juste

Peut-on consommer raisonnablement pendant un Black Friday ?

Mais peut on réellement rester raisonnable pendant le black friday ? En effet, après tout, on est responsables de nos actes ET de nos achats. Mais est-ce si simple de ne pas céder aux sirènes de la surconsommation ? Certes, on peut se limiter en se diant, par exemple, qu’à moins que le frigo ne rende l’âme pile ce jour là, je n’ai pas besoin d’en acheter un autre simplement parce que son prix serait cassé. De même, ai-je besoin de me faire marcher dessus pour aller acheter une télévision alors que j’en ai déjà une qui marche ? Est-ce nécessaire de me lever à 5h du matin pour attendre écrasée contre une grille de magasin qu’il ouvre ? Ai-je besoin d’aller acheter 10 teeshirt qui risquent de rester longtemps dans mon placard ?

Dans le même temps, je comprends tout à fait qu’on essaye d’en profiter pour essayer d’acheter ce dont on a réellement besoin, ou commencer à chercher certains cadeaux de Noël. Nos budgets ne sont pas extensibles pour faire plaisir à tout le monde, et donc il est peut-être possible de faire de belles affaires à condition de se limiter à ce dont on a besoin.

Et vous, que pensez-vous du black Friday ?

Pensez vous qu’on puisse consommer raisonnablement, voire pas du tout, pendant la période du Black Friday ?

Quel sera votre “code couleur” pour le dernier vendredi de novembre, des couleurs bien tranchés ou un mix ?