Quand j’ai commencé ce billet, j’avais un titre en tête : Une à la fois. Mais j’étais loin de me douter qu’il aurait une double signification, ou qu’il serait prémonitoire. Encore que, franchement, si j’avais réfléchi 2 secondes de plus, j’aurais pû m’en douter.

Au final, j’ai changé mon titre, car cette forêt est avant tout une histoire de jumelles.

Derriere la Foret, une histoire de jumelles

Derrière la forêt, Une histoire de jumelles

Ce terme Une à la Fois, pour des parents de jumeaux, a le goût de trop peu. Une sorte de fantasme, de rêve éveillé, pas facile à réaliser dans la vie quotidienne avec des jumelles. Vous le savez si vous avez des jumeaux, ou pas, mais cette sorte de compétition entre les enfants pour avoir l’attention exclusive de Papa ou Maman, dure quand même depuis la première seconde. Que dis-je, depuis leur vie in utero en fait.

Pourtant, ce besoin d’être seule face aux autres se heurte souvent au fait que les filles ont parfois du mal, encore maintenant, à accepter de faire des activités extérieures l’une sans l’autre, bref de se séparer pendant plusieurs heures.

Alors quand les microbes s’en mêlent, on peut mesurer à quel point s’occuper d’un enfant à la fois, c’est fingers in the nose. Carrément. Et ici, on le vérifie à chaque fois.

Chacune son Tour

J’ai de la chance, mes filles sont rarement malades. Les microbes ne viennent pas souvent les embêter.

Pourtant quand ils débarquent, c’est rare que les jumelles soient malades exactement en même temps. Au mieux elles n’attrapent pas les mêmes microbes, au pire elles respectent scrupuleusement les délais d’incubation. La varicelle ? elles l’ont faite chacune leur tour avec pile 10 jours d’intervalle.

Ce qu’on a remarqué à chaque fois que l’une est malade et que l’autre, en pleine forme, peut aller à la crèche ou à l’école, c’est l‘étonnante facilité à gérer la petite malade.

Sans la présence de la sœur, elle est tellement sure d’avoir l’attention exclusive de celui ou celle qui la garde, qu’elle en est juste adorable. Malgré les microbes qui peuvent rendre super ronchon, je vous l’accorde. Et ça marche dans les deux sens, quelle que soit la petite malade.

Les dialogues sont plus calmes, ce n’est pas la compétition pour être avec Papa ou Maman, plus besoin de hausser le ton pour se faire obéir.

Ce plaisir de faire des câlins guérisseurs en tête à tête. Sans avoir à penser que l’autre sœur, pas malade, attend elle aussi son moment de câlins tout court.

Ce plaisir de faire les choses à deux, pendant une journée complète et pas seulement quelques minutes qu’on “négocie” avec l’autre, ce plaisir de prendre le temps de parler, discuter, répondre aux innombrables questions, préparer des activités et les faire dans le calme et la bonne humeur.

Bon, d’accord, avant cette journée en tête à tête avec Maman, il faut gérer le départ à l’école de celle qui n’est pas malade. Souvent avec des larmes, ou de la colère, c’est fonction du caractère de celle qui doit aller à l’école seule ce jour-là. Et le soir, les retrouvailles sont bruyantes, ça saute, ça rigole, ça joue … et ça n’obéit plus 🙂

Quand j’ai commencé ce billet ce weekend, j’avais donc une petite malade qui se remettait lentement mais surement sur pied. Retour à l’école prévu pour mardi matin, le lundi servant à récupérer complètement.

Et puis lundi soir, hier donc, au moment du coucher, sa sœur se plaint d’avoir mal à la gorge. Au réveil, j’ai eu la confirmation, une fois de plus, que c’est bien chacune son tour. Sa sœur retourne à l’école tandis qu’elle reste à son tour sous la couette pour chasser les microbes.

Silence ça pousse

Derrière nos jolies forêts de sapin se cachent donc deux petites malades qui se sont relayées aussi bien pour les microbes que pour les pliages. Car comme elles ne sont pas complètement KO au point de passer toute la journée sous la couette, ni l’une ni l’autre, il a bien fallu les occuper.

On a fait quelques diy de Noël, on a fait pousser une forêt complète de sapins tous plus beaux les uns que les autres. Forcément, le diy chacune leur tour, ça en fait :  Forêt de sapins en papier, guirlandes lumineuses. On est presque en avance sur le timing cette année !

sapin-pliage-1-xxs

deco-noel-2016-xxs

foret-chalet-noel-1-xxs

diy-guirlande-lumineuse-1-xxs

diy-guirlande-lumineuse-2-xxs

Tiens d’ailleurs, voici le tuto pour les petits sapins en papier, qui a fait fureur à l’école où l’une a emporté un petit sapin lundi matin.

En revanche, moi qui contait préparer les calendriers de l’Avent à l’heure du déjeuner cette semaine, je suis obligée de replanifier ça ce soir quand elles sont couchées. Sinon adieu l’effet de surprise pour ce que je vais glisser dans mon calendrier de l’Avent 2016.