Journée de la Femme

Aujourd’hui, mardi 8 mars 2016, c’est la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Journée de la Femme

Histoire d’une Journée de + de 100 ans

L’idée est proposée lors de la Conférence internationale des Femmes socialistes en août  1910 à Copenhague (Danemark). C’est une journaliste allemande, Clara Zetkin, qui en avait émis l’idée dès 1907, suite aux luttes ouvrières et manifestations des femmes réclamant le droit de vote en ce début du XXème.

Plusieurs dates permettront ensuite aux femmes de grignoter peu à peu des droits, jusqu’à ce que l’ONU déclare le 8 mars Journée Internationale des Droits des Femmes le 8 mars 1977.

Oui, cela fait donc plus d’un siècle que le 8 mars est la Journée de la Femme. En 2016, et même si tout n’est pas encore parfait, il faut quand même reconnaitre qu’en France, on a plutôt de la chance.

Petit Manifeste D’une Femme Libre à Ses Filles

A titre personnel, je n’ai pas trop souffert d’être une Femme jusqu’à présent. Mes parents ne m’ont jamais mis de barrière par rapport à ça, et que ce soit mon frère ou moi, nous avons été élevés avec les mêmes valeurs et quasiment sans distinctions entre le fait d’être une fille ou un garçon.

Je ne me revendique pas “féministe”, je suis Femme, je l’assume. Je ne laisse jamais personne me présenter cette condition comme un obstacle insurmontable. Mais je n’en fait pas non plus un étendard.

Je ne me considère pas comme l’égale de l’Homme, je ne suis l’égale de personne, je ne suis ni inférieure, ni supérieure. Je suis au même niveau, avec mes différences physiques et physiologiques (difficile de gommer certaines de ces différences) et (peut-être) intellectuelles. Et j’ai les mêmes droits (et devoirs).

Le comble, c’est que dans ma vie professionnelle, j’ai plus souvent dû prouver quelque chose, parfois dans la douleur et la force, face à des femmes que face à des hommes. Croyez-moi, les femmes peuvent être les pires des scorpions.

Pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté : je condamne violences, harcèlements, dénigrements et injustices, sous prétexte qu’on est une Femme.

Mes Filles, ces futures Femmes Libres

Journée de la Femme

Aujourd’hui, je suis Maman de deux petites filles qui vont avoir 6 ans. Qui seront un jour des Femmes. Qui ont quand même la chance d’être nées et de grandir dans un pays où ce sera nettement plus facile pour elles que dans d’autres pays du Monde.

En France, grâce à nos arrières grands-mères et nos grands-mères, et mes filles en profiteront aussi, nous avons obtenu le droit de passer le baccalauréat (1924), le droit de vote (1944), le droit d’aller travailler sans l’accord d’un mari et d’ouvrir un compte bancaire à son nom (Loi du 13 juillet 1965), le droit à l’IVG (1975).

Mes filles Chéries, le plus important, n’est pas d’être une Femme. C’est d’être une Femme Libre. Alors ce sur quoi vous ne devrez jamais, jamais céder, c’est votre droit à l’auto-détermination.

Mon rôle de Maman, notre rôle de parent, c’est de vous guider lentement mais sûrement vers votre vie. Votre vie de Femme.

Vous serez des Femmes, et fières de l’être.

Vous serez indépendantes, ce qui sera le garant de votre libre arbitre

Vous ne  laisserez personne penser à votre place, ni vous imposer un mode de pensée

Vous ne laisserez personne décider à votre place de vos choix, de votre vie

Vous ne laisserez personne toucher à votre corps si vous ne le voulez pas

Vous vous ferez votre propre opinion sur les choses

Vous prouverez vos valeurs et vos qualités par vos actes et vos actions, votre savoir-être, votre savoir-faire,

On vous devra le respect, parce que le respect s’acquiert, mais ne se force pas.

Vous ne vous arrêterez jamais de rêver, ni de vouloir aller plus loin.

Vos meilleurs atouts ? vous-mêmes

A vous deux, mes filles, apprenez, instruisez-vous, et imposez-vous par vos qualités, votre savoir, votre compétence, votre savoir faire et votre savoir être.

Ne vous laissez pas impressionner par les remarques, les jalousies, les regards de travers, la condescendance ni le mépris.

C’est à moi de vous apprendre à être des Femmes. Des femmes Libres.

Post Scriptum : en attendant ce jour où vous serez des Femmes, mes filles chéries, vous n’avez pas encore 6 ans, profitez encore de cette inconscience et de cette insouciance qui sont les vôtres. Apprenez à ne pas vous laisser dominer, ni manipuler, à ne pas vous fixer de limites autres que celles de votre âge pour l’instant. Pour le reste, on sera là pour vous apprendre au fur et à mesure.