L'enfant préféré par une Maman de Jumelles

 

Cette semaine, je participe aux Jeudis Éducation de WonderMômes sur le thème de l’enfant préféréle chouchou,  Avez vous un chouchou ? Comment ça se ressent, et comment eux le ressentent ? (par Vanessa Débordée).

Jeudis Education WonderMômes

Avant de faire cet article avec mon point de vue de Maman de Jumelles, j’ai fait quelques recherches sur le thème de l’enfant préféré. Il en ressort que dans nos société égalitaristes, notamment depuis l’abolition du fameux droit d’ainesse qui faisaient que seuls les aînés d’une fratrie retenaient l’attention, cette notion du chouchou est tout simplement devenue un tabou. Pour tout le monde.

L’impossible question de l’enfant préféré

pour une Maman de Jumelles

 

Pourtant, d’un point de vue purement humain, elle doit se poser dès qu’on a au moins 2 enfants. La préférence est cette sorte d’inclination spontanée vers tel ou tel enfant, telle ou telle situation etc, qui n’est pas toujours explicable d’un point de vue rationnel, et qui n’est d’ailleurs peut-être pas toujours consciente.

Alors quand la question de l’enfant préféré se pose quand on devient parents de multiples, et chez nous de jumelles, c’est presque avec un instinct quasi primitif qu’on tente de l’écarter, de ne pas l’entendre, de ne pas l’aborder, de l’éluder.

 

Dans mon cas, elle s’est posée dès qu’on a su qu’il s’agissait d’une grossesse géméllaire. De façon quasi anxieuse d’ailleurs.

La Gémellité et la notion d’enfant chouchou

 

La gémellité, c’est ce bien évidemment ce lien particulier entre les enfants, mais c’est également un lien spécial entre les parents et leurs jumeaux / jumelles, car d’emblée, nous avons 2 enfants à aimer en même temps, depuis leur vie in utero. Pas simple, je vous le confirme.

Autrement dit, 2 bébés avec qui jouer pendant leur vie intra-utérine, 2 bébés à observer à chaque échographie, et 2 bébés posés sur la poitrine en salle de naissance, 2 bébés à nourrir, à s’occuper, à élever etc.

En salle de naissance, lorsqu’on a posé mes 2 filles sur ma poitrine, j’ai eu quelques secondes de panique. Comment les aimer toutes les deux ? Allais-je les aimer autant l’une que l’autre ? et si j’en préférais une plus que l’autre ?

 

De façon quasi instinctive et sans avoir besoin d’en parler des heures, Papa Twins And Us et moi avons pris des options d’organisation telles qu’on évitait de créer un quelconque favoritisme, ou du moins de le laisser supposer. De le leur laisser supposer, à chacune de nos jumelles. Par exemple, pour les biberons, elles passaient en premier chacune leur tour, idem pour les habiller et pour les bains.

Ça c’était relativement facile quand elles étaient bébés. Mais depuis, ça a changé. Depuis, elles se bataillent pour passer en premier dans le bain, pour s’habiller, pour les câlins etc… sauf quand ça les arrange. Depuis, dés que l’une est en demande de câlin, l’autre arrête son activité et vient demander aussi.  Ce n’est pas facile de les récupérer à la crèche, et maintenant à l’école, et d’en avoir une qui arrive plus vite que l’autre dans mes bras. Du coup, celle qui arrive la dernière a tendance à bouder, voire à piquer des colères, vexée d’être en 2ème.

Il n’est pas improbable que de leur côté, elles perçoivent une éventuelle préférence et qu’elles le manifestent au travers de la notion “je suis la première à” contre “je suis la deuxième qui”.

Du coup, toujours obnubilés par notre souhait de ne pas créer de préférence, on promet que pour monter dans la voiture, elle passera à son tour en premier, histoire de rétablir l’équilibre. Mais parfois on m’y perds. Un peu empêtrés.

Par ordre de préférence

 

Parce que c’est ma préférence à moi de ne pas préférer.Oui, je sais, en disant ça j’élude. Totalement. Et j’assume.

Je ne veux pas dire, je ne peux pas dire que je préfère l’une ou l’autre de mes filles. Elles sont jumelles, dyzigotes, différentes l’une de l’autre. Leurs caractères, leurs personnalités sont suffisamment distincts et “individualisées” pour que chacune me fasse craquer à sa manière. Depuis leur naissance, je fais tellement presque tout pour ne pas leur montrer une quelconque préférence que ma foi, je ne peux pas répondre.

Préférence

Pourtant, je pourrais bien dire que selon les circonstances, les activités, les situations, les heures du jour ou de la nuit, je préfère l’une ou l’autre dans ces cadres là.

2 petits coeurs qui font battre le mien

 

 

Je préfère faire le shopping avec l’Une car elle est + rock, + variée dans ses goûts et ses tenues et que je m’éclate

Je préfère faire les jeux de logiques ou de réflexion avec l’Autre car elle est attentive et rapide.

Je préférais faire manger l’Une quand elle était bébé car elle goûtait à tout.

Je préférais donner le biberon à l’Autre car elle le buvait en un temps record et se rendormait à peine posée dans son lit.

Je préfère guider l’Une dans son apprentissage de l’écriture car elle est posée, méticuleuse et son côté artiste ressort et m’impressionne.

Je préfère accompagner l’Autre qui explore toutes les fonctions de sa tablette, essaye, recommence, appuie sur une autre touche, râle, et recommence toujours.

Je préfère “gérer les #terrible3-4-5” de l’Autre car je peux la raisonner, discuter avec elle pour faire retomber la pression et la colère

Je préfère répondre aux questions existentielles de l’Une qui ne lâche jamais, surtout quand elle se demande comment on fait les bébés et comment ils sortent du ventre des Mamans

Je préférais l’Une qui a trouvé son pouce dès l’âge de 6-8 semaines et qui ne le perdait donc jamais au milieu de la nuit

Je préférais l’Autre qui s’est mise à marcher la première et a ainsi un peu soulagé mon dos.

Je préfère l’Autre qui faisait de longues siestes l’après-midi

Je préfère l’Une qui ferait volontiers la grasse matinée le matin

Je préfère l’Autre qui me dit je t’aime en m’embrassant

Je préfère l’Une qui me câline si fort sans un mot en se lovant tout contre moi

Je préfère les yeux bleus de l’Autre qui me rappellent tant l’Océan

Je préfère les yeux noirs de l’Une et son regard de braise

Et ce que je préfère par dessus tout, c’est quand elles s’embrassent l’Une L’Autre ou se tiennent par la main pour aller à l’école.

ELLES sont ma préférence à moi.

 

Voilà, je n’y arrive pas, je ne conçois pas de choisir. Je ne peux pas les classer par ordre de préférence. Je n’ai pas envie. Tout simplement. Je les aime toutes les 2 autant l’une que l’autre, pour des raisons différentes, pour des attitudes, des expressions qui leur sont propres et qui me font craquer dans tous les cas.

Et chez vous, ça se passe comment ?

 

Ils participent aux Jeudis Education cette semaine

 

Lire Aussi :

L’enfant préféré, un tabou familial, paru dans LE Monde le 20.03.2014

 

En téléchargement gratuit, le Guide “Les 40 Meilleurs Conseils de Parents de Jumeaux