La zone de confort, elle est utilisée à toutes les sauces par tout le monde, et pas uniquement par les coachs en développement personnel. C’est THE truc à la mode. Même moi j’en ai parlé il n’y a pas très longtemps ici meme, quand je parlais de la zone de confort photo. Et oui !

Cette fois-ci elle s’invite dans une comédie romantique, dans le dernier livre de Marianne Lévy : La Malédiction de la Zone de Confort. Est-ce qu’on aurait ensuite envie de le voir au ciné ? peut-être bien …

La Malédiction de la Zone de Confort de Marianne Lévy

Synopsis

Rose a (presque) tout pour être heureuse.
Après 763 auditions infructueuses elle a enfin décroché son premier grand rôle dans la série télé de l’année. Elle peut compter sur le soutien d’une joyeuse bande et d’un fiancé imaginaire avec qui elle assure vivre, enfin, une relation équilibrée. Son unique manque ? Un précieux recueil de poésie médiévale dont elle a besoin pour calmer son émotivité pathologique.
Ben n’a (presque) rien pour être heureux.
En panne d’émotions, le scénariste et auteur de polars n’arrive plus à écrire une ligne. Il se noie dans un quotidien sinistre qu’il dissimule mal à ses deux seuls amis. Son unique réconfort ? Les mails hystériques d’une dingue qui lui réclame un bouquin comme une naufragée, une bouée au milieu du Pacifique.
Ils étaient faits pour ne PAS se rencontrer.
Probabilité qu’ils vivent un jour heureux ensemble : nulle.
Probabilité qu’une probabilité soit fausse : non négligeable.
Et si la vie déjouait les algorithmes ?

 

malediction-de-la-zone-de-confort-marianne-levy

Mon Avis

Marianne Lévy est devenue auteure en s’écartant elle aussi de sa zone de confort. Journaliste, elle couvrait des événements sportifs (bon, les JO quand même). Puis elle est devenue critique de séries télévisées. Et elle tient un blog qui s’appelle I Love TV so what ?, tout un programme 🙂 Ce qui a finit par lui donner des idées, puisqu’elle a pris la plume à son tour.

Dans La Malédiction de la Zone de Confort, Rose est une actrice qui galère un peu beaucoup, mais qui vient enfin de décrocher un rôle dans une nouvelle série au côté d’une star des séries télévisées. Rose est un fille peu originale mais pas plus que nous, et puis elle a des fixettes. Comme tout le monde. Elle, sa fixette porte sur un certain livre, un livre de poésie médiévale (on est d’accord que ce n’est pas banal), et de fixette en hasard, elle va lui faire rencontrer Ben.

Ben, lui, est un auteur. Un vrai. Un auteur de scénario et de polar. Sauf qu’il est en plein syndrome de la page blanche. Ce qui est très fâcheux pour un auteur. Heureusement, il a un super pote qui vient d’investir beaucoup de sous pour produire une nouvelle série (toute ressemblance avec une chaine TV de notre PAF serait fortuite, ou pas), mais qui a un petit (gros) doute sur la qualité du scénario. C’est qu’il faut que cette série cartonne, donc Ben est appelé à la rescousse pour retravailler le scénario pour sauver la nouvelle série d’un naufrage annoncé. Dans ces périodes de panne d’inspiration, Ben lit un livre. De poésie médiévale. tiens donc.

Ben et Rose. Rose et Ben. Ils finissent par se rencontrer et sans rien savoir de leurs activités professionnelles, ils vont au ciné ensemble voir ces grands classiques de ciné qu’on a tous vu, revu et re-revu.

Sauf que.

Rose apprend que quelqu’un veut tuer SON personnage dans la série.

ET que Ben sait qu’il doit tuer des personnages dans une série TV …

Voilà voilà, je ne spoile rien de plus, je vous laisse vous installer et lire ce livre, qui se dévore d’une traite. Prévoyez les bougies et le chocolat à portée de main.

Ce roman est le roman parfait pour les longues soirées d’automne qui ressemblent déjà à l’hiver. Ambiance Hygge, allumez les bougies, préparez votre petite infusion du soir, un plaid, ou carrément sous la couette, et coupez le portable. Puis laissez-vous embarquer pour près de 400 pages d’un roman qui n’a rien à envier aux comédies romantiques qu’on a pu voir au cinéma.

Oui, c’est un peu écrit comme si ce roman devait un jour devenir un film encore plus savoureux que Bridget Jones. On est d’accord. Et ça fait quand même du bien au moral de se laisser embarquer par ces deux-là, et d’avoir envie de dévorer toutes ces pages pour arriver à ce qu’on espère être un happy end à l’américaine la française.

Bref, j’ai adoré.

Bon d’ailleurs, qui vous verriez vous dans les rôles de Rose et de Ben au ciné ?

Commande ton livre

La Malédiction de la zone de confort

Marianne Lévy

ISBN 978-2-7564-1913-8, 397 pages, 19,90 €

Editions Pygmalion

 Ce billet t’a plu ? Epingle-le sur Pinterest pour le retrouver plus facilement

pinit-malediction-de-la-zone-de-confort-1