Haha, je vous entend déjà pouffer de rire, mais mon titre est super sérieux et absolument pas coquin. Quoi que, ce n’est pas parce qu’on est parents de jumeaux que … imaginez ce que vous voulez.

Le 5 à 8 dont je vais vous parler ici, c’est la double tranche (oui, je sais je fais tout en double) : la tranche d’âge des jumelles de 5 à 8 ans, avant l’âge bête s’il existe, et le 5 à 8 heures de la vie de parents avec des enfants, la tranche horaire la plus … délicieusement (ou pas) bordélique.

On se remet dans le contexte ? on est parents de jumeaux, et on a réussi à survivre aux 5 premières années. Et depuis, bien évidemment, les filles ont continué à pousser, pousser, grandir, et grandir encore, comme tous les gosses.

Nos 5 premières années de parents de Jumelles

Il est probable que si j’avais commencé à bloguer à la naissance des jumelles, et…

Et nous les parents ? on pensait que ce serait plus cool d’être parents de jumelles de 5 à 8 ans. Alors je vais vous avouer un truc, oui MAIS non.

Parents de jumeaux : le 5 à 8 est-il + cool que le 0 à 5 ?

 

Youpi, c’est plus cool qu’avant !

Oui, c’est plus cool parce qu’elles sont grandes et savent se débrouiller seules pour plein de choses, presque tout. Choses qui vont paraitre banales aux parents d’un seul enfant, mais quand vos jumelles sont capables de s’habiller seules intégralement, de manger seules, de marcher seules, d’écrire seules, et bien d’un seul coup, vous retrouver l’usage de vos DEUX bras et DEUX mains rien que pour vous. Et de presque tous vos neurones aussi. D’ailleurs, ils ont intêret.

Concrètement, plus besoin de porter l’une en sortant de la maternelle, puis de la poser 10 mètres plus loin, pour porter sa soeur qui réclame la même chose. Puis de recommencer à nouveau 10 mètres plus loin. Croyez moi, ça en fait des portés le temps d’arriver à la voiture (sans compter les sacs sur la seule épaule qui reste à peu près disponible).

C’est plus cool parce que depuis qu’elles savent lire (vive le CP), j’arrête de lire deux fois la même histoire de suite, ou 2 livres à la suite (et de m’endormir sur le 2ème livre bien entendu). Parce que si j’avais pu lire deux livres différents en simultanés à mes deux filles chacune dans leurs chambres, je crois que ça les aurait bien arrangées. Mais la nature est ainsi faite mouhaha.

C’est plus cool aussi parce que j’ai pu dire “Adieu le sac à dos pas toujours sexy”, retour au joli sac à main où je peux à peine ranger mes lunettes de soleil parce que j’ai trop de bazar, mais c’est mon bazar, et mon sac à main est redevenu MON sac à main. Et je peux le porter comme je veux.

C’est plus cool parce qu’elles sont curieuses de tout, qu’on est dans la tranche d’âge idéal pour bouger, sortir, découvrir, discuter, goûter, lire, marcher, parler, apprendre, comprendre, questionner … etc. Et c’est juste priceless.

la vraie vie de parents de jumelles de 5 à 8 ans

Oui mais non, c’est pas plus cool qu’avant

Après la tournée des biberons, et se creuser les méninges pour se rappeler laquelle aura droit à son bib en premier pour alterner et ne jamais donner ne serait-ce qu’une illusion d’une hypothétique préférence, on pensait avoir fait le plus dur.

En réalité, on n’avait pas pensé aux devoirs. Coucou la tournée des devoirs, et coucou les chamailleries (certes pas méchantes mais quand même) pour savoir laquelle passe en premier.

La 1ère année des devoirs, au CP, elles se battaient pour passer en premier. Vraiment. On a repris la bonne vieille méthode de l’alternance des biberons, et en route pour les devoirs. Ça a fonctionné au CP. Puis, là, à la fin du CE1, elles se disputent pour passer en second … va comprendre.

Depuis deux ans, on enchaine les devoirs et croyez-moi, je connais aussi bien leurs leçons qu’elles. Et même que quand je fais réciter la poésie à la 2ème, je n’ai même plus besoin de regarder le cahier pour contrôler ! (en mode “j’entretiens mes neurones”). Elles sont dans la même classe, ne sont pas dans les mêmes groupes ni assises ensemble, et le vivent très bien jusqu’à présent.

L’avantage, parce qu’il y en a : quand l’une oublie un cahier, on est pas en perdition car on prend celui de la sœur -;)

Il y a aussi le cas des activités extra-scolaires. Les mêmes ? ensemble ? pas ensemble ? Beaucoup de questions, et on les laisse décider de “leur séparation” quand elles seraient prêtes, tout en leur expliquant que ce sera normal de vouloir voguer un peu de son côté sans sa sœur à côté.

En attendant, je covoiture mes filles aux mêmes activités et aux mêmes heures et aux mêmes endroits. Pour le moment. Car l’idée de faire des activités dans sa sœur fait son chemin de part et d’autre, on n’y est pas encore tout à fait. Peut-être à la rentrée prochaine, qui sait parce que tu sais Maman, comme ça on n’aurait pas les mêmes costumes de danse (entendu hier soir en sortant de répet de danse). J’aurai alors la joie de démultiplier les trajets !

Les livres : la lecture ici, c’est sacré. Elles dévorent tout ce qu’elles trouvent, en partie grâce au fait qu’on ne met pas la télé ni la tablette.

Par contre, elles ne veulent pas lire les mêmes livres (sauf pour les guides quand on part en voyage ou en balade, là je les prends en double), donc elles ont chacune leur bibliothèque, et parfois, après bien des négociations, se prêtent des livres. Elles vont quand même comparer le nombre de pages lues, et la taille des caractères du livres. Si si. Et je ne parle pas d’échanger des cartes pokemons, là, c’est plus des négociations mais des tractations carrément.

Le bain ou la douche, que c’était tellement plus cool avant. Quand c’était nous qui les mettions dans la douche ou la baignoire. Imaginez, on gérait à peu près l’heure de la douche, la durée de la douche, la sortie de la douche.

Et Maintenant ? envoyez vos deux filles de 8 ans dans la salle de bain, revenez une heure plus tard. Vous les retrouverez bien dans la salle de bain, assises par terre en train de papoter, mais toujours pas douchées.

Les fringues, elles font la même taille à 1cm près, le même poids à 200 gr près. Et ça a toujours été comme ça depuis leur vie in utero. Donc, j’achète double dose de fringues du même âge, mais pas les mêmes, car 1/ elles n’ont pas les mêmes goûts, et 2/n’ont pas les mêmes styles.

D’ailleurs, vous pouvez allez surveiller notre vide-dressing sur Vinted. Quand j’ai le courage et le temps, je mets en ligne beaucoup, beaucoup de vêtements. D’autant que là je dois les habiller en 10 ans, donc le 8 ans va vite arriver en vente.

Le temps de parole : parfois les repas ressemble à l’animation d’un débat politique. Il faut gérer le temps de parole. Non mais tu te rends comptes, elle a plus parlé que moi ! Non c’est pas toi qui racontes ce qu’on a fait aujourd’hui, c’est mon tour ! Bon alors c’est moi qui dis ce qu’on a mangé à midi. Non, tu dis pas le dessert, c’est moi. Alors tu dis pas ce qu’on a appris en mythologie, c’est moi.

Et pendant ce temps, nous, les parents, on hésite entre pouffer de rire (ce qu’il ne faut surtout pas faire, même si l’envie de rire de bon cœur est la + forte), ou essayer d’arbitrer le débat (ce qu’il ne faut surtout pas faire non plus car forcément, une des deux va râler).

La vraie vie des parents de jumeaux de 5 à 8 ans. Est-ce que c'est plus cool qu'entre 0 et 5 ans ?

 

Bon,  je vous rassure, mes bras sont moins fatigués, et mon dos se muscle harmonieusement quand parfois, je porte les deux cartables un peu trop lourds pour elles sur mes épaules à la sortie de l’école.

En dehors des chamailleries qu’on retrouve chez tous les frères et sœurs (pas besoin d’être jumelles pour se disputer), je vais vous sortir une banalité mais si vraie : les deux font la paire et on ne s’ennuie JAMAIS.

Peut-être que parmi vous, des parents de fratries sans jumeaux, vont trouver des similitudes. Et se dire que c’est pareil et que le fait d’être parents de jumeaux ne change rien. Il ne faut juste pas oublier que pour nous, comme pour les jumelles et les jumeaux, cette vie à deux et où tout est en double ou presque, on la vit depuis la vie in utero. Certes, c’est magique, c’est unique.

Le corollaire, c’est que pour nous les parents de jumeaux, profiter à 100 % de son premier enfant avant la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, ça dure quelques minutes à peine : 6 minutes exactement dans mon cas.

Allez, rendez-vous pour le 8-10, ou le 8-12, ça dépendra de comment se passera la fameuse pré-adolescence au carré. Qui pointe déjà son nez, mais chut, on va pas s’affoler tout de suite…