Peace And Blog

Il semblerait, je dis bien “il semblerait” que la blogosphère ne soit pas uniquement cet espace protégé, cette réserve naturelle pleine de bonté, d’indulgence, d’entraide, d’émulation, que dis-je d’amour, voire disons-le carrément ce monde idyllique auquel nous aspirons toutes et tous plus ou moins secrètement.

Comment ? On m’aurait pas tout dit ? Juste Ciel …

Peace And Blog

Et ce n’est pas le reportage diffusé dans Envoyé Spécial Jeudi 23 octobre 2014 qui va nous aider… D’ailleurs, en introduction, je vous invite à lire la réaction de Marie-Bé FutéeN’y-a-t-il que des méchantes marques et des gentils blogueurs ??” qui pose certaines questions, et qui, d’une certaine manière, m’a incitée à vous partager avec vous ce long article qui mijotait depuis longtemps et que finalement, je “lâche” aujourd’hui.

Fébrilité

Depuis que j’ai plongé la tête la première dans la blogo il y a presque un an, j’ai observé qu’elle souffrait parfois de pics fébriles accompagnés de soubresauts ou de convulsions, dont j’ai parfois du mal à comprendre l’origine. Alors je remonte les tweets, les posts, les comments pour tenter de comprendre, et j’y vois des sentiments exacerbés, des rancunes, des jalousies, des peines, des incompréhensions, des blessures, voire des abandons parfois. Et sincèrement, ça me désole.

La blogo est un vaste univers qui tente de concilier, avec plus ou moins d’aisance, la notion de “blog personnel” et la “petite entreprise”. Parce que débutant ou expérimenté, nous gérons nos blogs comme des petites entreprises, dont certains tirent effectivement quelques revenus, d’autres pas. Nous rédigeons et planifions nos publications, nous suivons une ligne éditoriale parfois savamment étudiée, parfois totalement intuitive et spontanée, nous manageons l’image de notre blog sur les réseaux sociaux, nous utilisons les outils et astuces marketing des marques, nous faisons des logos, des chartes graphiques, nous éditons des cartes de visites pro… On a tout des grands.

Nous renvoyons donc, que ce soit au travers de nos blogs mais également de nos échanges publics sur les réseaux sociaux, ou de échanges par mail (plus discrets, en théorie) une image. Une image personnelle, une image pro, et une image de la blogo en général. Nous sommes en premier lieu ambassadeur de notre blog et de son écosystème, a priori on devrait donc peaufiner cette image. A priori.

Dis-moi comment tu blogues, je te dirai qui tu es ?

Si je connais encore peu de blogueuses dans la vraie vie, j’aime croire que le ton de leurs blogs, leur image, leurs échanges sur les réseaux sociaux, sont un reflet relativement fidèle de leur personnalité. Un peu à l’instar de la conduite automobile.

On peut aussi imaginer que le fait de communiquer “masquée”, sous un pseudo, nous désinhibe totalement : arghhh, c’est bientôt Halloween, les masques vont tomber GGGGrrrrr –  bref, parfois, ça dérape un peu.

Avec nos vies de wonder parents à la sauce wonder blogeurs, notre environnement familial et/ou pro, nos nuits écourtées, nos pieds abîmés sur des légo ou des accessoires de Barbie, nos stress de Mamans/Papas nounous qui soignent les maladies de leurs chérubins, nos machines à laver qui débordent tandis que les frigos se vident à toute vitesse, les biberons par terre, les couches qui puent, bref, tout ce fouillis fait que nous sommes sujet(te)s à quelques réactions épidermiques. D’autant que nous avons de vrais petits monstres en chair et en os chez nous, vous voyez de qui je parle ? nos petits chérubins qui nous font la surprise des terrible two, terrible three, terrible four de temps en temps. Donc, vous admettez avec moi que vous, Moi, bref, tout le monde peut y passer, nous ramenant à notre condition d’humain. Ouf.

Récemment, j’avais participé à un événement interblogueur sur le thème du “quelle blogueuse je veux être“, et après m’être interrogée sur différents aspects, je rejetais justement l’agressivité, le lynchage, le mépris. C’est mon choix, ma philosophie, mon éthique personnelle. Je m’y accroche plus que jamais.

 De la Liberté de blog en Question

Notre liberté de blogueur est née de nos propres motivations à créer notre blog (j’exclue ici les blogs d’entreprise, quelle que soit la taille de l’entreprise). Et oui, à l’instar de la pub d’un célèbre loueur de voiture, qui c’est le boss sur un blog ?

Mais est-ce que le blog ne se définit que dans l’une des deux catégories définies par le reportage d’Envoyé Spécial du 23 octobre 2014 (voir vidéo ici) : “la blogueuse indépendante” versus “la vitrine publicitaire“. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais personnellement, je trouve ce raccourci simpliste, sans nuances, trop manichéen, l’arc en ciel avec les poneys d’un côté, les sorcières aux nez crochus de l’autre côté. Bof.

Dans la blogo, il y a des vrais pros, traduire celles et ceux qui ont des années d’expérience et de sagesse (?), et les z’apprenti(e)s, celles et ceux qui débutent et ont tant à apprendre sous réserve de bénéficier d’une once d’indulgence. Alors il faudrait garder en tête que :

  • les “expérimenté(e)s” ont commencé un jour elles/eux aussi, qu’elles/ils ont fait des erreurs, qu’ils/elles ont aussi appris en tombant,
  • Que les nouvelles/nouveaux essayent de prendre le temps d’observer, d’analyser, de découvrir les us et coutumes, de chercher les “règles” aussi parce qu’elles sont quand même relativement bien cachées, entre bon-sens, non-dits et grands secrets.
  • Que chacun d’entre nous ne renie pas le fait que nous participons à une forme de publicité (qui ne dit pas son nom) pour les marques dont nous parlons sur nos blogs, quelle que soit la nature de nos articles : sponsorisés, parrainés, ou ni l’un ni l’autre, avec ou sans concours, avec ou sans photos. A chacun de définir comment il veut en parler, et, conformément à la loi, de le mentionner clairement lorsque c’est applicable.
  • Que chacun d’entre nous fasse confiance à sa propre valeur et sa propre créativité, sans aller vampiriser les contenus des autres. Si on exclue donc le copier-coller, la probabilité que nous abordions un jour ou l’autre le même sujet est proche de…. 100 %. Nous pouvons parfaitement aborder les mêmes sujets, difficile de trouver x milliards de sujets différents et totalement inédits, dans la mesure où la vraie différentiation viendra de notre façon individuelle et personnelle de traiter ledit sujet.

Le Corollaire de tout ça ? et bien chacun est libre, en son âme et conscience, de suivre, lire, commenter, ou pas, tel ou tel blog, pour des raisons qui lui sont totalement personnelles et sur lesquels il n’a, en théorie, même pas à se justifier. Et si vraiment, vraiment, on trouve quelque chose à y redire, nos blogs sont en général dotés d’un bouton “mail”, d’une page contact, et nos pages FB et twitter ont l’option “message privé” … c’est comme le clignotant de sa voiture, on peut s’en servir AVANT de tourner.

De l’autre Côté

De l’autre côté, nous ne parlons pas que de nos fascinantes vies de parents. Nous parlons aussi de produits, de marques, de ces entreprises qui tiennent compte de cette blogo qui échange, informe, critique, relaie ou simplement partage et commente sur les réseaux sociaux.

Il faudrait se rappeler que chez les marques également, il y a au moins une personne, peut-être débutante dans le métier, peut-être stagiaire, ou peut-être expérimentée, qui représente une entreprise bien installée, ou à l’inverse une toute jeune entreprise avec peu de moyens et peu d’expérience, qui compte chaque euro dans “sa ligne du bas” (les #mampreneuses comprendront), ou une agence, ou encore une entreprise étrangère qui ne maitrise pas forcément les subtilités de la langue française (pour ne pas dire de notre pays et de son millefeuille de règlements, lois, us et coutumes et tout le tralala à la française).

Et devinez quoi ? Elles aussi travaillent en réseaux, confrontent leurs expériences et leurs connaissances dans des associations professionnelles par exemple, et échangent. Peut-être. Sur moi, sur vous, sur nous.

Alors si peux comprendre que parfois, les mails que vous recevez sur votre blog vous déçoivent ou vous vexent ou vous blessent, imaginez-vous juste une petite seconde que vos mails, ceux que vous (r)envoyez parfois, peuvent également décevoir, vexer, blesser. Et que peut-être, un jour, dans vos vies professionnelles, vous en avez déjà reçu. Parce que franchement, qui n’a fait jamais d’erreur dans la vie, qui n’a jamais écrit de boulettes ? Et au pire, il n’y a pas plus grave dans la vie ?

Jungle Fever

Heureusement, au milieu de cette jungle, de preux et valeureux blogueurs nous offrent de nous guider, nous écouter (3615 blogueurs en détresse …), nous consoler, nous remonter le moral (ma boîte de mouchoirs est vide snif)  :

des groupes de blogueurs sur FB => La Vie des Blogs #LVDB où les membres peuvent poser des questions ET apporter leur contribution, cela s’appelle la réciprocité.

des blogs : Trucs de Blogueuse, Papa Blogueur, Astuces Blogging, pour ceux que je connais à ce jour et dont j’apprécie la qualité et l’expertise (pardon pour ceux que je ne connais pas encore mais qui mériteraient une palme), dont la vocation est aussi d’aider les blogueurs à s’y retrouver, à poser leurs questions, faire part de leurs doutes, leur donner des conseils techniques, juridiques, marketing aussi… Je trouve personnellement ces initiatives particulièrement bienvenues.

Ils consacrent du temps pour nous fournir des articles de qualité, “chiadés”, documentés, bref, de vrais fils rouges pour nous. Professionnelle de la recherche d’information, je peux vous assurer que le temps qu’ils passent à compiler les informations et les mettre en synthèse doit représenter quelques heures de travail, et je salue ici très fort leurs initiatives.

Il y a aussi des groupes à vocation “pacifiste” qui se créent notamment ces jours-ci : malheureusement, à mon grand effarement, les échanges que j’ai lu ces derniers jours me laissent penser que ces initiatives “pacifistes” ont eu …. l’effet inverse auprès d’autres. Incompréhensible, désolant. Mais je ne veux pas rajouter d’huile sur le feu car là, c’est très très chaud.

 

  Peace & Blog

Au milieu de tout ce petit monde, j’essaye de trouver ma petite place depuis presque 1 an lorsque j’ai décidé d’ouvrir un blog, guidée par l’envie d’écrire sur des sujets qui me plaisent et que je traite à ma manière. Qui vous plaisent, ou pas. A vous de juger. A moi d’en tenir compte, ou pas. Etre la boss de son blog, c’est aussi assumer ce qui va ET ce qui ne va pas.

Il m’est même arrivé de différer certains articles car d’autres venaient de sortir sur le sujet et que je ne trouvais pas d’angle différent ou original pour traiter ce même sujet. Peut-être en trouverais-je un, plus tard, ou jamais, qui sait ? en attendant, ils “végètent” dans les drafts, avant peut-être de disparaître totalement dans le fond de la corbeille.

J’ai encore beaucoup à apprendre, à découvrir sur le fonctionnement de la blogo, l’audience de mon blog n’a de retentissement que sur mon égo et n’empêche pas la planète de tourner. Mais une chose au moins est sûre : je ne me reconnais pas -et je n’adhère pas- dans les pugilats que je lis parfois.

Vous l’aurez compris, je vous livre MES sentiments, je ne porte pas de jugement sur telle ou telle personne ou groupe, je me moque de savoir qui à tort ou qui à raison, cet article n’a pas pour objectif de prendre parti. Je ne suis pas juge, car pour l’instant du moins, je suis “spectatrice”.

Comme vous, je blogue avec mes tripes, mes sentiments, mon égo, mon besoin de reconnaissance aussi. Comme vous, je scrute mes statistiques, les commentaires, les likes sur FB, etc. Comme vous, je rêve d’écrire THE billet, de faire la Une de HelloCoton ou de me retrouver sur le Huffington Post. Oui, j’en rêve, mais je n’en crève pas d’envie. Nuance. Qui a son importance.

Le blog représente pour moi un plaisir, une expérience aussi, mais qui n’est pas “no limits”. Tout comme dans la vie réelle, je considère que l’on doit bloguer avec des règles, un savoir vivre, un respect.

Et, à l’instar de beaucoup d’entre vous si j’en juge par vos réactions ici ou là, je m’interroge sur l’image que ces “scènes de ménages” renvoient, alors que nous aurions tant à gagner à essayer d’élever notre statut de blogueur vers le haut.

En conclusion, je rajouterais, à l’attention de toutes celles et ceux qui se sont sentis troublés, blessés, vexés, déstabilisés, comme à celles et ceux qui assistent à ces échanges un peu vifs ces jours-ci sans comprendre, que la plupart d’entre vous vont se voir aux E-Fluent Mums début décembre (sauf moi parce que je ne savais même pas qu’il fallait se préinscrire… quand je vous dis que je suis en “apprentissage”, vous me croyez maintenant ?).

Profitez-en bien, faites-vous de beaux souvenirs, des selfies de ouf, parlez-vous et crevez les abcès s’il y en a (encore)… et puis faites-moi de chouettes articles qui me donneront envie de me joindre à vous l’année prochaine (en commençant pas me pré-inscrire of course, mais ça, la balle est dans mon camp …).

 

Macaron “Peace & Blog”

D’humeur décidément optimiste, j’ai préparé le petit macaron qui est désormais affiché sur mon blog, et que je vous offre en téléchargement pour sur votre blog, un headband sur les cheveux (oui, même les mecs), assise en tailleur par terre devant votre ordi, une douce mélopée lancinante en fond sonore … des poneys, des licornes, ce que vous voulez au plafond, pendant que vous préparez votre futur article dans une totale zénitude … Allez, au boulot !

(si vous souhaitez une autre couleur, contactez-moi (gentiment hein) par mail)


 

Twins And Us