A cette étape de votre vie de parent et de la vie de votre bébé, et pour se sentir en toute confiance pour sevrer bébé, je vous invite à consulter le numéro 21 (janvier-mars 2014)  de la revue Petite Enfance qui publie ce mois-ci un dossier sur le sevrage intitulé “Sevrage, respecter l’enfant“. Ce dossier a été réalisé avec la contribution de Françoise Railhet, Responsable du Programme des référents Médicaux de La Leche League (LLL) France.

Il s’articule autour de 8 chapitres pour vous permettre de mieux gérer cette phase importante pour vous et votre bébé.

Après les définitions du terme sevrage et les données épidémiologiques qui reviennent sur les chiffres de l’allaitement maternel en France, les débats sur la durée “idéale” de la période d’allaitement , vous trouverez les pistes pour déterminer le “bon âge” pour sevrer “votre bébé” (qui sera surement différent du bon âge du bébé de votre amie ou de votre voisine), les facteurs de réussite, les méthodes (partiel, total). Le postulat de base est que face à de nouveaux aliments, un bébé consomme généralement ce dont il a besoin spontanément.

Les facteurs qui servent de déclencheur au sevrage de la part de la mère sont mutliples : ils peuvent être sociodémographiques, selon l’âge et le statut marital de la mère, son origine ethnique, et la reprise ou non du travail. Ils peuvent également être médicaux ; des différences ont été observées entre les primipares et les multipares,  l’accouchement en lui même, la santé du bébé (ex, prématuré), le moment de la première tétée (précoce ou non après l’accouchement), et bien sûr la relation mère-enfant et l’attitude de l’équipe soignante et son accompagnement.

La mise en œuvre du sevrage est également multifactorielle, et les professionnels de la Petite enfance et de la périnatalité sont également là pour accompagner les mamans dans cette période ; à retenir également, un focus sur la place de la bromocriptine (Parlodel) pour arrêter la montée de lait qui est généralement inutile lorsque le sevrage est réalisée au bout de quelques semaines.

Les pistes pour vous aider à reconnaître quand votre bébé est prêt à être sevré sont les suivantes : bébé commence à s’intéresser aux autres aliments, certains seront donc “prêts” vers 4 mois, d’autres plus tard.

Enfin, le dossier se termine avec quelques informations destinées à celles qui souhaitent allaiter au-delà de 6 mois.

Ce qui me plait dans cet article, c’est qu’il ne prend pas position, et ne fait pas culpabiliser les mères en fonction du choix qu’elles ont fait : allaitement ou biberon, âge du sevrage. Et c’est suffisamment rare pour être souligné.

Dossier à consulter ici : http://www.santelog.com/abo/index.php