#PrayForParis

Je ne pensais pas être capable d’écrire, j’avais même dit sur ma page FB que je ne publierai rien sur le blog pendant les 3 jours de deuil national, comme pour respecter là douleurs des familles endeuillés, blessées ou encore dans l’attente d’une nouvelle.

Et puis ce midi, le besoin de coucher sur le papier cette colère et cette angoisse qui grondent en moi, de les canaliser aussi. La louve qui sommeille en moi se réveille à nouveau face  aux drames de vendredi.

Le lundi au soleil, avec 129 étoiles en plus dans le ciel, on est encore endolori mais on relève la tête, on serre les dents, et on reprend le chemin du boulot, de l’école, de la vie. On émerge de ce weekend maudit, on se réinsère dans la vie, mais on n’est plus tout à fait les mêmes.

Je suis apolitique, agnostique mais pas aphone. Et je ne le serai jamais, aphone. Ni apathique.

Ma responsabilité de citoyenne, c’est de continuer, à mon modeste niveau, à avancer la tête haute, à vivre libre et à penser libre, je n’ai pas oublié Charlie.

Ma responsabilité de parents, c’est de montrer à mes enfants qu’on relève la tête avec dignité.

Quand il s’agit d’enfants, j’ai toujours été hyper sensible, bien avant de devenir mère moi-même. Hyper sensible devant les injustices, les maladies, avec une envie viscérale de les protéger de ce monde que je savais déjà fou avant de les mettre au monde.

J’ai vécu à Londres pendant la période des attentats de l’Ira, j’étais dans un avion pour un la Californie quand le vol TWA 800 s’est crashé au large de New York, j’habitais près de La Défense au moment des attentats de septembre 2011. Comme tout plein de gens en fait.

Depuis que je suis devenue Maman, j’essaye de canaliser (un peu) mon besoin de protéger mes filles, parce que je sais que je dois leur donner tout ce qu’il faut pour qu’un jour elles quittent le nid, le cocon familial, afin de voler de leurs propres ailes.

En temps normal, j’y arrive à peu près, j’arrive à peu près à ne pas les surprotéger, à les inciter à découvrir le monde à leur niveau par elles mêmes, à les pousser doucement hors de mon giron parfois, à leur expliquer que je suis toujours dans leur cœur et elles dans le mien même quand on ne fait pas des activités ensembles, quand elles sont à l’école et moi au boulot.

Depuis vendredi, la louve qui sommeille en moi se réveille, animale, instinctive, prête à protéger mes enfants et leur avenir. La colère gronde en moi.

Parce que pour chacune des 129 victimes de ses ignobles actes de guerre, pour chacun des blessés et dès personnes encore portées disparues, un mère, un père, une famille pleure.

La louve qui sommeille en moi n’a ces jours ci qu’une seule envie : laisser mes filles dans leur petite bulle d’enfant, le plus longtemps possible. Je n’arrive pas à m’imaginer leur expliquer que le monde des adultes est parfois ignoble. Peur de voir leur regard pétillant s’assombrir, peur de leur visage qui réfletera l’incompréhension.

Samedi, avec Papa Twins And Us on s’était dit qu’on en parlerait aux filles qui sont en grande section le dimanche.  Réveillés après une courte et mauvaise nuit comme vous tous, on avait la gueule de bois sans avoir bu une seule goutte d’alcool. Le contraste avec le ciel bleu et le soleil était violent. On a alors décidé de partir en ville, on a offert des tours de manège aux filles, on s’est délectés de leurs yeux qui pétillent, on a bu leurs rires, on a été au restaurant, on a mangé des hamburgers, des glaces, que du pornfood. On les a ensuite déposées chez une petite copine qui fêtait son anniversaire, orgie de bonbons et de chocolat en vue.

Puis le dimanche, on a finalement décidé de ne pas leur en parler.

  • Par besoin viscéral de ne pas leur laisser entrevoir que le monde des grands n’est pas toujours beau, que dans la vraie vie il y a malheureusement des vrais salauds, et que les adultes n’arrivent pas toujours à empêcher les salauds de tuer des gens.
  • Aussi parce que nous sommes des ex parisiens, parce que nous y avons de la famille et des amis, les parrains et les marraines de nos filles y habitent également.
  • Parce qu’on habite à la campagne, qu’elles sont dans une école de village, loin de la frénésie de la ville
  • Parce qu’on leur avait annoncé la veille des événements que Papa Twins And Us allait avoir un voyage à Paris pour le travail, et que quelques jours plus tard, Maman allait elle aussi avoir un déplacement à Paris elle aussi.

On a pris cette décision après bien des hésitations, des échanges sur les réseaux sociaux avec d’autres parents de petits qui se posaient aussi la question, en se posant des tas de questions. Mon instinct réveillé de Maman Louve me presse de les préserver, de les protéger, de les rassurer, de leur laisser croire encore quelques temps que les adultes les protègent et qu’elles n’ont rien à craindre.

Ce matin, Papa Twins And Us a emmené les filles à l’école, comme tous les matins. Il a discrètement prévenu les 2 maîtresses des filles qu’on les avait préservées et qu’on ne leur avait rien dit. L’une des deux maîtresses lui a alors répondu qu’elle ne savait pas comment elle allait gérer, d’autant qu’elle a une classe à double niveau, des Grandes Sections (dont l’une de nos filles) et des Moyennes Sections, ce qui complique encore les choses. Et qu’elle allait probablement les laisser parler, puis s’adapterait en fonction d’eux, les enfants.

On verra ce soir, on s’adaptera à ce que les filles nous diront, si elles en parlent. Hier j’ai collecté sur les réseaux sociaux les éditions spéciales du Petit Quotidien, celle de Pom D’Api, d’Astrapi chez Bayard Jeunesse, revu la vidéo des Maternelles. Égoïstement, j’espère que je n’aurai pas à m’en servir. Pas cette fois-ci.

En attendant, je me jette dans le boulot, j’ai réceptionné un colis pour préparer l’Avent, j’ai acheté un calendrier “Reine des Neiges” à la factrice, j’ai mis une robe courte et des talons hauts. Depuis mon bureau installé en pleine campagne, j’ai respecté la minute de silence. Puis, j’ai ouvert le panneau d’admin du blog, mis du rock à fond, et j’ai écrit.

Ce blog n’est et ne sera jamais une tribune politique, cette bulle continuera à être un espace à part, un blog de Maman, tout simplement, où je souhaite partager plus que jamais un peu de futilité, de douceur. Modeste espace de calme et de décompression pour souffler, et repartir la tête plus haute que jamais.

Parce que je suis Une Maman Louve parmi d’autres

#PrayForParis

#PrayForParis