trouver-le-temps-pour-le-fait-maison

Vous en avez forcément entendu parler, dans cette grande lessive générale contre l’industriel : la grande tendance, c’est le retour en force du fait-maison. Faire soi-même toute la cuisine, les produits ménagers, les cosmétiques, les produits d’hygiène,  rien n’y échappe.

Sur le fond, je crois qu’on est toutes d’accord pour être d’accord avec ce retour en force du fait maison, car il y a plein de bonnes raisons pour s’y mettre : des produits plus sains, des économies, une responsabilité écologique, et aussi un sentiment de satisfaction non négligeable. On maitrise tout pour le bien de notre santé et de l’environnement. Parfait. Idéal.

Tout faire soi-même : oui, mais quand ?

Mais faut-il pour autant jeter aux orties tout ce qui est “industriel” ? Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense que la réponse va varier selon plein de paramètres, et notamment votre fonctionnement dans la vie. Car il y a ce détail qui semble échapper à la ferveur médiatique autour du fait maison, mais qui pourtant saute aux yeux et peut faire basculer tout ou partie de cet idéal : c’est le temps. Le temps que ça prend de tout faire soi-même, et quand trouver ce temps.

Le FAIT-MAISON : oui, mais quand le faire ?

Les journées ne font que 24 heures et on peut tout essayer, elles ne sont pas élastiques, elles ne vont pas devenir des journées de 28 heures … Les semaines continueront à faire 7 jours quoi qu’on fasse; Croyez moi, on a déjà essayé de trouver une solution en cherchant à rallonger nos nuits et à notre quête de ce 3ème bras qui nous a tant manqué quand les jumelles sont nées. En vain.

J’ai essayé de lister tout ce que, idéalement et dans un monde au temps élastique, je pourrais faire :

  • Cuisiner tous les repas d’avance, avec la nouvelle terminologie du batch-cooking (j’attends le batch eating … mais non je rigole)
  • Et même que je pourrais aussi faire mes yaourts, mes pastas …
  • Cuisiner tous les goûters des filles
  • Faire mon pain
  • Fabriquer ma lessive et mes produits ménagers
  • Préparer mes cosmétiques
  • Et comme j’ai un jardin, soyons fous, faire un potager.

Oui, c’est top sur le papier. Mais toutes ces choses à faire soi-même, elles viennent s’ajouter à tout ce qu’on a déjà à faire. Et c’est bien là que ça coince pour moi.

Alors je vous entends déjà me dire, oh mais ça prend juste 5 minutes de faire sa lessive, et ça prend pas plus d’1h de pâtisser les gouters des enfants … (et il faut tout ranger et laver après aussi). J’entends bien, en théorie donc ça ne prend pas beaucoup de temps.

Mais en pratique, je sais que je ne peux pas tout faire moi-même. Je continuerai à faire des drives pour beaucoup de produits du quotidien, je continuerai à aller à la Ferme pour acheter mes fruits et légumes, je continuerais à aller dans des épiceries pour acheter des épices. ET la liste est encore longue.

Oui, je l’avoue, je n’ai pas spécialement envie de me coller un genre de “home burn out” parce que je n’arriverai jamais à tout faire maison, et que je sais que je ne tiendrai pas sur la durée. Par égoïsme ou par instinct de survie mentale? En plus, cuisiner par exemple le dimanche TOUT CE QUE JE VAIS MANGER PENDANT UNE SEMAINE, ça me déprime grave. J’ai besoin de fantaisie dans mon assiette et d’imprévu. Je n’ai aucune idée de ce que je vais avoir envie de cuisiner demain soir. Alors imaginez pour dans 5 jours …

Ô temps suspend ton vol

Le temps défile à toute vitesse, rythmé par nos modes de vies, les contraintes, et les imprévus du quotidien. J’ai deux enfants en primaire, un Amoureux, une maison, et un boulot qui remplit largement mes journées (voire plus). Comme pas mal de monde j’imagine, quand je quitte mon boulot, je file récupérer mes filles à l’école. On rentre s’occuper des devoirs, préparer le diner, puis diner, gérer les filles qui sont en mode tornade le plus souvent, ranger la maison (le truc sans fin par excellence). Et puis il faut sans cesse préparer ce qu’il y a à préparer pour le lendemain matin (les cartables, les goûters, la table du petit dej), et au passage, programmer une lessive, ou un sèche linge, voire un lave vaisselle s’il est rempli. Un peu de paperasse pour la maison, pour le boulot, ou l’école des filles, ou leurs activités, les mails. De son côté, l’Amoureux ne chôme pas non plus, et je crois qu’on peut dire que tous les 2, on est au max.

La plupart du temps, quand on se pose dans le canapé ou devant la télé, il est déjà 21h. Et on en a assez pour la journée.

Les gènes de Mary Poppins

Alors oui, on achète pas mal de choses toutes faites, et on va continuer à le faire. Mais comme on est quand même conscient de beaucoup de choses pour notre bien et celui de la planète, on essaye de sélectionner au mieux ce qu’on achète tout fait, en privilégiant des labels naturels et bios, du made in France (pour les cosmétiques et produits d’hygiène notamment), en sélectionnant des produits en fonction de la liste des ingrédients et des provenances. Et en regardant les prix aussi, faut pas se voiler la face. On cuisine nos repas avec des fruits et des légumes de saisons et bio en provenance de producteurs locaux, et pour les viandes et poissons, on privilégie aussi les circuits courts.

Pour les goûters des filles à l’école, on est revenus aux bons vieux goûters de notre enfance, du pain, du chocolat, un fruit ou une compote. Et hop, dans un (bon vieux) tupperware !

En plus, on ne fait pas ses cosmétiques sur le coin de la table de la cuisine juste à côté de la pâte à pizza. Il faut un minimum de matériel adéquat et surtout d’organisation que je n’ai pas le courage de mettre en place, je l’avoue. J’ai besoin de temps libre à ne rien faire, pour souffler, pour mon équilibre personnel.

Oui, le weekend, parfois, je ne fais rien. Il parait que ça s’appelle du nesting (ravie d’apprendre que ça fait juste 40 ans que je neste régulièrement sans le savoir…), mais purée que ça fait du bien de ne rien faire du tout ! Quelle satisfaction de se poser et de se dire : youpi je n’ai rien à faire, pas de corvée, pas de courses, pas de ménage, Rien. Juste buller, ou passer aux loisirs (non, fabriquer ma lessive ne m’apparait pas comme un loisir). Et surtout garder du temps pour profiter de ma famille, et des amis.

Je suis admirative de celles qui vont arriver à tout faire, tout concilier, sans vaciller et en gardant la pêche tout le temps. Sincèrement, je ne sais pas comment vous faites …c’est comme ces intérieurs impeccablement rangés 24 heures sur 24, ça reste toujours un ENORME mystère pour moi.

Bon alors, c’est quoi vos astuces ?

Avouez que vous êtes une descendante de Mary Poppins ?