Depuis toujours, la gémellité fascine tant, les croyances s’entremêlent, la Science s’y perd un peu beaucoup. Et même nous, parents de Jumelles, cela nous fascine. Et en même temps qu’elle nous fascine, elle nous semble si ordinaire pour nous et pour les filles. Cette gémellité qui a chamboulé notre entrée dans la vie de parents avec 2 bébés d’un coup !

Nous Sommes Deux Sœurs Jumelles

Aujourd’hui, nos jumelles ont 5 ans et demi, et pour nous comme pour elles, la gémellité, c’est notre “norme” à nous (même si je n’aime pas ce terme qui sonne un peu trop “statistique” à mon goût).

Pourtant, quand on parle entre nous de cette fratrie particulière composée de sœurs jumelles, ce n’est pas facile d’expliquer et de faire comprendre à nos filles qu’il peut n’y avoir qu’un seul bébé à la fois dans le vendre d’une Maman. Elles le découvrent au fur et à mesure, quand les copains et les copains ont des frères et sœurs non jumeaux.

La gémellité, on en a souvent parlé avec elles, bien évidemment, pour expliquer le mot “jumelles”, pour expliquer pourquoi elles fêtent leur anniversaire le même jour, et aussi, il faut bien le reconnaître, pour expliquer que Papa et Maman les aime pareil dans les situations de jalousie. Car oui, il faut gérer les demandes de câlins, de biberons qui arrivent en même temps.

Quand on parle de nos filles autour de nous, que les gens réalisent qu’elles sont jumelles et les observent, leur première question est  : “Ce sont des Fausses ?“. Et bien sûr, comme ce sont des jumelles dizygotes et qu’elles ne se ressemblent pas comme deux gouttes d’eau, Blondie avec ses Yeux bleus, et Brunette avec ses yeux noirs, nous répondons “oui, ce sont des fausses jumelles”.

Et la semaine dernière, nos filles ont posé une question (d’une expression qu’on utilise toutes et tous assez couramment quand on parle de jumeaux) qui, si elle est totalement logique d’un point de vue linguistique, n’est en fait pas totalement aussi confortable sur le plan sémantique. Et c’est là que ça me perturbe un peu.

Comment ces expressions que nous utilisons tous les jours peuvent-elles parfois être interprétées totalement différemment par les enfants par rapport à ce qu’on voulait dire avec nos mots d’adultes, et créer des jolis quiproquos ou des malentendus ?

 

Nées sous le Signe du Taureau

Dans ce titre du billet, les parenthèses ont toute leur importance et le poids des intonations orales également.

Comme toujours, c’est au cours d’un repas Mère et Filles que j’ai droit à toutes les questions existentielles, ça tombe en général quand Papa Twins And Us est en déplacement. Donc ce jour-là, en plein milieu des vacances scolaires, Brunette me lance tout à coup en rigolant mais avec un regard sérieux :

[Tweet “Maman, à l’école, A. elle dit que ça n’existe pas les “fausses sœurs”.”]

– Moi : A. dit quoi ? je ne comprends pas bien sa question, qu’est-ce qu’elle veut dire ?
– Elle : elle dit que les “fausses sœurs” ça n’existe pas.
– Moi : mais c’est quoi des “fausses soeurs”, de qui elle parle ?
Pendant ce temps, Blondie rigole en silence puis intervient pour ‘m’aider à comprendre’.
– Blondie : Mais tu sais bien Maman, les fausses, les fausses sœurs, comme Brunette et Moi.  Nous on est des fausses.

[je vous épargne le ton employé genre Maman, mais tu ne comprends vraiment rien à rien].

Du coup, je commence alors à comprendre d’où vient la confusion et le malentendu mais pour en avoir le cœur net, je leur explique qu’elles sont sœurs, des vraies sœurs. ET qu’elles sont en plus soeurs jumelles.

Et elles m’interrompent alors en disant : “Mais oui, tu vois, c’est ça , on est des fausses“.

Moi : ah mais non, vous êtes bien des vraies sœurs puisque vous avez été toutes les 2 dans mon ventre, que vous avez le même Papa et la même Maman.

Vraies (fausses) Sœurs (jumelles)

Et là, on se dit que cette expression de “fausses jumelles” en veut vraiment rien dire du tout, mais rien du tout, et on se demande même pourquoi on l’utilise (oui, je sais, parce que la plupart des gens font cette distinction). ET ensuite, vous la voyez arriver la galère pour expliquer sans rentrer dans le détails de monozygote ou dizygote, la distinction entre fausses jumelles et vraies jumelles mais en expliquant que ça ne change rien au fait d’être des sœurs ?

Dans le feu de la conversation, je n’ai pas eu le temps de me poser des milliers de questions et de réfléchir à comment j’allais leur expliquer tout ça, alors j’ai choisi de prendre un raccourci simple pour leur expliquer que comme elles ne se ressemblent pas comme deux gouttes d’eau, on dit qu’elles sont “fausses jumelles”. Et que si elles se ressemblaient vraiment “tout pareil” avec les mêmes yeux, les mêmes cheveux et tout le reste pareil, on les appellerait des “vraies jumelles”. Et que de toute façon, elles sont sœurs, des vraies sœurs, et qu’il n’existe pas de “fausse sœurs”.

Si vous voulez tout savoir, elles n’ont pas parues super convaincues par mes explications. Pour une raison qui leur appartient, j’ai même le sentiment que cette notion de “fausses sœurs” les fait rire, et les soudent dans la cour de récréation, leur fait une signe distinctif de plus face aux copines. Pendant notre conversation, elles trouvent ça rigolo d’être des “fausses sœurs”.

Mais moi, par contre, cette “mis-interpretation” comme on dirait en anglais, me fait tout bizarre, et j’irais même jusqu’à dire que ça me mets un peu mal à l’aise. Depuis, elles n’en ont pas reparlé. Et moi non plus.


Et vous, est-ce que vos “multiples” vous ont déjà posé des questions inattendues par rapport à leur gémellité ou leur “statut de multiples” ?

Comment leur avez-vous répondu ?