En quittant mon ancien job en entreprise et ses 10 km et 1h15 de voiture sur le périphérique parisien qui me permettaient de me vider la tête (ou pas) entre mon lieu de travail et mon domicile, j’ai aussi effacé la distance géographique entre mon boulot, et ma maison. J’ai choisi de travailler à la maison (du moins en partie).

Distance géographique car il y avait quelques km de distance entre les deux, et comme c’était dans le 92, le temps nécessaire pour rallier les deux n’était absolument pas proportionnel à la distance à parcourir. C’était même parfois souvent inversement proportionnel. Celles et ceux qui connaissent le périphérique parisien sauront de quoi je parle.

Bureau à la Maison, 10 trucs à savoir absolument

Aujourd’hui, la distance à parcourir entre ma maison et mon bureau est proche de 0. Adieux embouteillages, stress dans les transports, collègues irascibles et caméra café. Je bosse de chez moi.

Et si vous aussi vous vous demandez comment c’est d’avoir son bureau à la maison, ou si vous avez envie de tout savoir sans jamais avoir osé le demander pour vous jeter à l’eau, voici 10 choses à savoir absolument.

1. Bosser en Pyjama

Aller bosser en pyjama ? l’idée est certes tentante, après tout personne me voit derrière mon ordi (j’ai mis du scotch sur la caméra il y a peu), et donc ni vue ni connue. Sauter du lit, prendre son petit dej, puis s’installer avec son ordinateur sous la couette (non je ne cite pas un récent article sur la vie de blogueuse qui a fait couler beaucoup d’encre), la vie rêvée.

R-ê-v-é-e j’ai dit. Car en fait non. Je ne bosse pas en pyjama. Et il y a deux raisons : d’abord parce que j’ai des enfants à emmener à l’école, ça motive. Et parce qu’ensuite, je ne mets pas de pyjama. Cette dernière raison se suffit à elle-même non ?

2. Adieu les horaires

Des horaires ? quels horaires ? et rappelle-moi ce que veut dire arriver en retard ? En pratique, quand on bosse de chez soi, comment dire, sin on se mets à bosser à 11h, c’est difficile de prétexter que le RER a encore eu des retards, que le périph étant à l’arrêt. Assume !

Car les horaires, c’est toi qui les choisis (et vos rendez-vous pro aussi).

Par contre, le soir, on ne peut s’en prendre qu’à soi même si on n’a pas fait tout le taff qu’on devait faire car ce qui n’est pas fait arrive normalement sur la pile du haut le lendemain. Sinon vous êtres procrastinateurs professionnels, mais ça ne rapporte pas forcément grand chose à la fin du mois.

Pareil s’il faut s’y remettre une fois les enfants couchés, la cuisine rangée, le lave-linge programmé, et les boîtes de goûter prêtes pour le lendemain.

3. La longue pause déjeuner

Beaucoup vont s’imaginer que quand on bosse de chez soi, à son compte, la pause déj dure 2 heures. Mais quelle pause, non parce qu’en général, on est le nez dans le guidon (non je ne regarde pas le tour de France), et on ne voit pas le temps défiler.

Heureusement que mon estomac m’envoie des signaux suffisamment clairs pour que je reprenne des forces, un petit plat tout prêt au micro-ondes, déjeuner sur le coin de table de la cuisine, et hop, on y retourne.

A tel point que j’ai paramétré des alarmes sur mon téléphone pour ne pas rater l’heure d’aller chercher mes filles à l’école.

4. ohé !?!

L’ile déserte. Oui, disons le clairement, bosser seule de chez soi, c’est pas forcément le meilleur boosteur pour le moral. On se sent parfois très seul(e) et on l’est. Pas de collègue à fusiller du regard, pas de copine de boulot chez qui passer 5 minutes en revenant de la cafet, pas de potins à raconter à radio cafet. Niet. Rien de tout ça.

Et encore, une partie de mes activités professionnelles étant en “co-working” avec l’Amoureux, on arrive à se motiver si besoin.

De temps en temps, quand même, il faut penser à sortir le nez de chez soi et aller réseauter, déjeuner, voire du monde. Bref, sortir de chez soi. Et ne pas rester tout le temps que sur les réseaux sociaux -;)

Pour ça, organiser des rendez-vous déjeuner dans un endroit sympa, en profitant pour faire 2-3 courses pour les kids, et hop, revenir bosser.

Bureau à la Maison

5. Le bip du sèche-linge

Le bip du sèche linge. Ah, que dire de plus que le bip du sèche linge qui sonne pile quand tu es au téléphone pour une conversation professionnelle, ou quand tu es hyper concentrée sur ton taff et qu’il ne faut surtout pas te déranger ? et qui re-sonne avec insistance tant que tu n’éteins pas ce fichu sèche-linge, qui part ailleurs, te rend quand même vachement service.

“ah ce bip ? ne vous inquiétez pas, c’est juste le micro ondes où je faisais réchauffer mon café”.

 

6. Le complexe du Drive inachevé

Ahahaha, même le Drive peut être une vraie galère. S’il apparait au début comme la solution idéale pour ne pas perdre de temps dans les rayons des supermarchés (et acheter n’importe quoi), faire ses courses depuis son bureau quand on est en panne d’inspiration peut virer au cauchemar.

Quand la panne d’inspiration te gagne aussi sur ta liste de courses. Parce que tu en as marre de manger toujours les mêmes yaourts, les mêmes plats. Parce que tu te contentes de remettre dans le panier ta commande précédente, et que tu estimes que si tu ne perds pas des heures dans les rayons physiques des supermarchés, ce n’est pas pour en passer dans les rayons virtuels du drive. Non mais oh.

Et puis il y a le cas où, alors que tu ne fais que bosser et que tu ne sors pas assez (cf point 4), tu oublies de valider ton drive qui es en plan depuis 2 jours.

Jusqu’à ce que tes placards, et surtout tes enfants, te fassent clairement comprendre qu’ils n’ont plus de goûter. Ou qu’ils en ont marre des pâtes.

Alors quand enfin à 23h12 tu te décides à valider ton drive commencé depuis 48 heures, et que le site t’a déconnectée pour des raisons de sécurité, tu fais quoi ? tu râles. Mais tu valides enfin ton drive inachevé dans lequel il manquera quelque chose de toute façon.

7. Un beau désordre est un effet de l’art

Cette citation est d’un certain Nicolas Boilleau. Pourquoi pas. Mais quand ton bureau “pro” se confond aussi avec ton bureau “perso”, tu risques parfois de mélanger un peu trop les cartes.

Du coup, pile gauche = pile professionnelle, pile droite = pile personnelle. Ça vaut que ce ça vaut. ET ça n’évite pas les erreurs de pile. Comme de retrouver la liste pour la Kermesse de l’école au milieu de tes devis en préparation.

Non, mon bureau ne ressemble en rien à ce qu’on voit dans les magazines, il n’est pas bien rangé. Il y a aussi le sachet de biscuits pour caler les petits creux de 11h, les lunettes de soleil, l’instax mini qui me fait les yeux doux et tout plein de bazar.

Mais ce petit bazar a un côté rassurant, parce que c’est le mien, rien qu’à moi.

8. C’est qui le Boss ?

Bonne question, en général, c’est toi le boss, et toi seul(e). De A à Z.

Donc quand tout va bien, ta fierté et ton égo sont au taquet, danse de la joie. ET quand tout ne va pas comme tu veux, tu engueules le chat des voisins qui a le malheur de passer devant tes fenêtres à ce moment là.

Ah aussi, la paperasse, le classement, le tri. C’est tout pour ta pomme. Et si tu fais ton activité à ton compte, tu édites aussi tes factures, ta compta et tout le merdier administratif nettement moins glamour qu’il faut pourtant bien faire. L’assistante, tu l’auras compris, c’est toi aussi, c’est compris dans le package. On ne peut pas tout avoir non plus hein 🙂

9. A moi la Liberté !

Liberté chérie. Et oui, tous les points cités ici, de 1 à 8, ont un point commun. Liberté.

Tu t’organises comme tu veux, tu bosses quand tu veux, tu ne rends des comptes qu’à toi même (et tes clients, et ta compta, mais bon passons), tant que tu fais ce que tu as à faire dans les temps. Le tout top qualité bien entendu.

Attention quand même à ne pas devenir totalement asocial en IRL.

10. PS

Tout ce que j’ai écrit ci-dessus est ma vision personnelle d’une nouvelle façon d’envisager et de vivre ma vie professionnelle. Elle a ses avantages et ses inconvénients. Comme tout dans la vie.

Mais elle a surtout un avantage énorme qui n’a pas de prix à mes yeux : je l’ai choisie (ou presque). Et elle me permet d’être plus disponible pour mes filles, d’aller les chercher à l’école, de les garder à la maison quand elles sont malades, le mercredi après-midi etc.

Certes, je vais plus souvent bosser le soir, mais le jeu en vaut clairement la chandelle. Sauf le matin quand le réveil sonne, sauf le samedi quand tu te rends compte du retard que tu as parfois malencontreusement accumulé pendant la semaine. Alors tu fais du tri vertical. Très efficace pour éliminer ce qui finalement n’était pas si vital que ça.

10 Bis : PS 2

Alors, tenté(e) ?

10 Ter : PS 3

Pour éviter tout malentendu ou que des esprits qui liraient en diagonale ne s’échauffent trop vite, ma vie professionnelle se compose “hors blog”, moitié en binôme avec l’Amoureux, et moitié en solo dans mes petites activités Freelance à moi toute seule.

Mon blog, c’est la petite cerise sur le gâteau, celle que je savoure et que je cajole à mes heures perdues. C’est la pile qui est sur le côté droit de mon bureau – cf Point 7, avec les factures de la cantine, l’agenda social de la famille, la liste des courses à ne pas oublier de mettre dans le drive (cf Point 6) etc.

Car oui, il m’en reste quand même un peu, des heures perdues -;)