La Petite Voix l'Instinct

C’était un vendredi de juillet. Le dernier jour des vacances. De ses vacances à elle.

Pour fêter ce dernier jours, ils étaient arrivés à la plage le matin vers 11h00, pour en profiter un maximum. La dernière journée de plage avant le départ.

Le temps était gris, il faisait bon, les rouleaux de l’océan Atlantique venaient déferler sur le sable, amplifiés par la marée descendante.

Les garçons ont réussi à passer les rouleaux et l’attendent derrière. Elle tente une première fois, mais n’y arrive pas. Les rouleaux ne sont pas spécialement gros, mais forts, puissants et il y a peu de fond, ce qui génère de gros remous. Une vraie machine à laver.

Elle leur crie de faire attention, car la mer est forte et mauvaise.

Puis elle repart sur la plage, un peu vexée tout de même de ne pas avoir passé elle aussi ces fichus rouleaux. Elle, qui a appris à nager dans l’océan, elle, qui a pris des leçons de surf alors qu’à cette époque peu de filles s’y aventuraient.

Assise sur la plage, les genoux pliés et le menton dans les mains, elle se dit que c’est trop bête. Si les garçons sont passés, alors elle aussi.

Elle retourne dans l’eau, observe les rouleaux, puis avance et se jette sous le premier rouleau qui arrive.

Sous le rouleau, il y a peu de fond. Avec la marée descendante cela crée des remous. Coincée dans cette machine à laver, plaquée sur le sable par la force des vagues, elle ne peut pas remonter une fois le rouleau passe. Rien à faire.

Froidement elle analyse la situation et se dit que tôt ou tard, de toute façon elle remontera à la surface. Qu’il ne faut pas faire de mouvement pour ne pas gaspiller son souffle, et qu’il faut attendre la fin de la série de vague. 3, de mémoire, elle se rappelle que ce jour là, les rouleaux déferlent pas série de 3.

Le 2eme rouleau passe au dessus de sa tête, toujours aussi puissant. Toujours en la plaquant sur le sable.

Elle essaye de se concentrer pour ne pas souffler trop d’air, et attends alors le troisième et dernier rouleau.

Elle commence à se dire que 23 ans, c’est un peu jeune pour mourir et qu’elle a encore plein de choses à faire dans la vie. Que son heure ne peut pas être déjà là.

Le troisième rouleau passe enfin au dessus de sa tête dans un grondement.

Ses poumons n’ont plus d’air, ils sont comme prêts à exploser. Enfin, les remous se calment, elle donne un dernier coup de rein pour remonter à la surface.

Vite respirer, répondre de l’air avant l’arrivée de la prochaine série de rouleaux.

Les garçons n’ont rien vu, ils surfent dans les vagues, ils ont des palmes. Eux.

La prochaine série de rouleaux arrive, elle rassemble alors ses forces pour surfer le premier et se faire ramener au bord de la plage, épuisée, tremblante.

Elle sort enfin de l’eau, ses genoux s’entrechoquent.

Elle comprend alors qu’elle vient d’échapper à la noyade à quelques secondes près.

Quand les garçons sortiront de l’eau avec leurs palmes, elle leur racontera qu’elle s’est faite piégée sous les rouleaux, qu’elle a eu peur, et que pour aujourd’hui elle ne retournera pas dans l’eau mais profitera du soleil sur la plage.

Le soir, ses parents et son frère l’accompagneront à la gare de Bayonne, où elle montera dans un train de nuit direction Lyon.

Elle y restera deux jours, le temps de refaire une nouvelle valise puis reprendra un TGV direction Paris cette fois, où elle restera un mois pour un stage en entreprise.

En septembre, elle repassera toutes les UV qu’elle avait royalement ratées en juin et obtiendra alors sa Licence complète.

20 Ans plus tard, elle deviendra Maman de jumelles.

Elle savait bien qu’elle avait encore plein de choses à vivre.