Slow Life

C’est l’été, les grandes vacances. Dans le Sud, nous avons de la chance, il fait beau, il fait chaud, on met des sandales depuis longtemps déjà.

🌴 🌴 🌴

Les filles ont terminé l’école le 5 juillet, et même si depuis elles enchainent centre aéré et activités sportives, leur rythme est nettement plus cool. En attendant le double grand saut en CP à la rentrée, elles profitent de la vie.

Plus de stress le matin, on a décalé un peu le réveil, ça fait partie des avantages de bosser de chez soi. On peut offrir 1h de plus à ses enfants le matin avant de les déposer au centre aéré.

On traine un peu plus le soir, on est un peu moins psychorigide sur l’heure du coucher que pendant l’année scolaire – et puis les filles ont grandi aussi.

Pour nous les parents, c’est un drôle de rythme. On court depuis des mois, on est sans arrêt sur le pont, (euh oui, les vacances, quand on est à son compte ou son propre patron, ben c’est un peu quand on peut. Et pas quand on veut :). On n’a pas pris de vacances ni l’un ni l’autre depuis décembre, alors forcément, on a envie de ralentir un peu le rythme nous aussi, en attendant les vraies vacances.

Et puis, on vit dans un monde de barges. Les derniers événements tragiques ont rajouté comme une chape au-dessus du soleil. On a beau se dire qu’on est une incorrigible Gauloise, qu’on regardera toujours droit devant, on ne peut s’empêcher de se poser des questions. A fortiori maintenant que j’ai des enfants. Les questions que je me pose prennent une autre dimension, je pense que c’est humain.

Tout ça mis bout à bout fait que je tourne au ralenti depuis le début de l’été. Entre envie de souffler, besoin de se recentrer sur l’essentiel, nécessité de ne pas me laisser polluer par ce qu’on peut lire à droite et à gauche sur les RS ou la presse, je serais presque à ça de me couper du monde.

Je me connais suffisamment pour savoir que c’est passager, que dès que j’aurai rechargé les batteries, fait le plein de siestes au soleil et de journée sans ordinateur, je repartirai gonflée à bloc.

En attendant, ici, je passe moins, et quand je passe, c’est pour parler mode, beauté, légèreté, futilités, mais qui font aussi partie de la vie. Du bon côté de la vie.

Pendant ce temps, les filles deviennent des petites sirènes dans la piscine. Ce qui était le but du stage de natation. Je vous garantis que c’est plus épuisant de surveiller des jumelles sans bouées que des jumelles avec bouées dans l’eau.

Et quand je ne suis pas sur mon ordi, je me concentre (si si) pour profiter pleinement de la vie et des choses IRL. Je prefère me promener sur Instagram et m’arrêter sur les jolies photos plutot que sur des raleries en tous genres et dont je me moque de savoir si elles sont justifiées ou non.

J’arrive même à oublier mon tel dans une pièce et devoir m’appeler 2h plus tard car je ne sais plus ou je l’ai posé. C’est dire ! ET c’est ce qui explique aussi en partie pourquoi la sortie de PokemonGo me laisse tellement indifférente.

Comme pour contrebalancer le reste.

Je passe en slow life pour me reposer. Le corps et l’esprit.

En attendant de partir passer quelques jours en vacances, c’est-à-dire les doigts de pied en éventail.

🌴 🌴 🌴